Actualité

« Ach Waqe3 » : l’actualité décryptée par Jamal Berraoui

« Ach Waqe3 » est l’une des émissions phares de MFM Radio qui traite des faits saillants de l’actualité du jour. Elle est décryptée par le journaliste politique et économique Jamal Berraoui.


Dans l’émission de ce jeudi 20 février, le débat porte sur les sujets suivants :

-Le Mouvement du 20 février 2011 : le bilan ?

Jamal Berraoui pense que le 20 février n’a pas eu un impact important. Néanmoins, il a soulevé de véritables problématiques : la démocratie et la construction démocratique, le rapport entre l’argent et le pouvoir, etc. Il considère par ailleurs que la réponse aux revendications, à travers le discours du 9 mars au lendemain de la Constitution, était à la hauteur; Elle représentait un pas vers l’avant sur un nombre de points. Malheureusement, on a constaté que les institutions qui devaient être créées ne l’ont pas été et celles existantes ne fonctionnent pas comme il faut. Donc, je crois qu’il reste encore beaucoup à faire. C’est un long débat. On dit que les institutions ne fonctionnent pas, moi je dis que le défaut réside dans les partis qui les constituent. On dit aussi que le problème réside dans l’autonomie de la décision partisane, mais ce sont les partis eux-mêmes qui y ont renoncé. L’inaction de ces institutions nous a amenés à une situation anormale : l’institution royale remplie le vide laissé par ces institutions. Le palais est ainsi sollicité dans toutes les contestations publiques; on fait appelle au roi dans toute sorte de problèmes même les plus basiques. Et c’est contraire à l’esprit de la constitution.

-Le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Ahmed Reda Chami, a appelé à l’établissement de nouvelles normes pour appréhender les classes moyennes, notant qu’il est difficile de se fonder sur les critères selon lesquels la classe moyenne constitue 53% de la population. Intervenant à l’ouverture du cinquième forum parlementaire sur la justice sociale à la Chambre des Conseillers, Chami a rappelé que le Haut commissariat au Plan avait, en 2007, adopté le critère du revenu pour définir comme appartenant à la classe sociale toute personne ayant un revenu mensuel qui se situe entre 2.800 DH et 6.700 DH avant d’adopter le critère de la consommation en 2014. Le président du CESE a en outre souligné la nécessité de définir des critères qui prennent en considération la capacité de cette catégorie à consommer, à épargner, à voyager pendant les vacances et à bénéficier des services.

#آش_واقع•مراقبة التجاوزاتالمرورية بواسطة طائرة (الدرون)• الشامي يضع معايير الحليمي حول الطبقة الوسطى تحت المجهرإقبال متزايد على السيارات الكهربائيةالمجلس الاستشاري للشباب والعمل الجمعوي نموذجاتمتيع متهم كويتي بالسراح المؤقت شأن قضائي صرف لا يمكن لوزارة العدل الخوض فيه احتراما لمبدأ استقلال السلطة القضائيةتخفيض العقوبة الصادرة في حق فريق الجيش الملكي#instagram : radiomfmofficiel#achwa9a3 #mfm #mfmradio #carte_blanche #inanimaelainine

Publiée par RADIO MFM Officiel sur Jeudi 20 février 2020

Je suis complètement d’accord avec M. Chami, signale l’analyste de Radio MFM exprimant son étonnement des chiffres rapportés par le HCP. Je ne sais pas d’où M. Lahlimi sort ces chiffres, s’exclame-t-il. On lui donne 3.000 DH et on lui demande de vivre avec tout seul même pas en famille dans une ville comme Casablanca, ce montant ne lui suffira même pas pour manger à sa faim correctement, sans compter les frais de transport, de loyer, de médication, etc. La classe moyenne c’est celle qui satisfait les besoins de première nécessité et se permet aussi un peu de luxe, a les moyens pour pratiquer ses loisirs, pour voyager, consommer, etc. Ainsi définie, la classe moyenne participe à l’économie du pays et contribue également à renforcer sa stabilité politique.

-Des drones pour traquer les contrevenants. Les services de la Gendarmerie royale vont désormais contrôler les infractions routières en utilisant les drones, écrit Al Alam. Lancée au niveau de Bouznika, cette initiative s’inscrit dans le cadre de la célébration de la Journée nationale de la sécurité routière, le 18 février. Ces outils sont équipés de caméras haute résolution qui permettent d’enregistrer les infractions et les violations du Code de la route au niveau de l’autoroute. Ainsi, les services de la gendarmerie peuvent arrêter les contrevenants et leur infliger les sanctions nécessaires en les confrontant aux images fournies par les drones.

Les pays du monde entier font face à ce fléau. Le problème est si grand qu’on l’appelle désormais la délinquance routière. Les conducteurs qui ne respectent pas le code de la route sont considérés comme des hors-la-loi. Ainsi, en vue de limiter les dégâts, ils ont recours à la technologie, notamment les drones qui peuvent rendre un grand service en matière de contrôle des infractions routières. Pour l’analyste de Radio MFM, la meilleure solution serait d’alourdir les sanctions et les pénalités. Je suis pour le code de la route tel qu’il a été conçu par Ghallab.  Malheureusement, ce dernier n’a pas été soutenue par les partis politiques.

Carte blanche : Jamal Berraoui la consacre aujourd’hui au triste incident de la fusillade qui a eu lieu hier dans la ville de Frankfort en Allemagne. Le drame a fait 9 morts et plusieurs blessés. Un malade mental appartenant à l’extrême droite a tué des personnes innocentes dans deux bars où on sert le narguilé, il a tué même sa propre mère. L’assassin qui a été trouvé mort chez lui a laissé une lettre où il dit que la race blanche doit peigner dans le monde et qu’on doit tuer les immigrés puisque l’Etat n’a pas pu les expulser. Ce genre d’incident et ce genre de pensée sonne l’alarme que le monde va droit dans le mur. Il faut lutter contre toute sorte de pensée extrémiste.

« Ach Waqe3 » est une émission incontournable. Elle est diffusée sur les ondes de MFM Radio du lundi au jeudi de 12h30 à 13h30 et le vendredi de 12h à 13H et rediffusée les mêmes jours à 19h30.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Le BTP poursuit ses bonnes performances

Article suivant

Africa Talks : Mazars organise la 2ème édition à Casablanca