Actualité

« Ach Waqe3 » : l’actualité décryptée par Jamal Berraoui

« Ach Waqe3 » est l’une des émissions phares de MFM Radio qui traite des faits saillants de l’actualité du jour. Elle est décryptée par le journaliste politique et économique Jamal Berraoui.


Dans l’émission de ce mardi 25 février, le débat porte sur plusieurs sujets, dont les thèmes d’actualité suivants :

-Hosni Moubarak est mort. La télévision égyptienne a confirmé le décès de l’ancien président égyptien.

Jamal Berraoui évoque que le défunt était atteint du cancer en 2011 avant d’exprimer son étonnement du fait que Moubarak fut innocenté ainsi que ses deux fils, même son aîné Jamal qui a été accusé pour son implication dans des crimes financiers. Cela fait partie des paradoxes de l’Égypte sous Sissi. L’ironie du sort a voulu aussi que le son président élu meurt en prison. Pour parler de Hosni Moubarak, il faut revenir un peu dans l’histoire. Moubarak a été placé par Anouar Sadat. Après avoir été critiqué par le général Chadli dans la guerre d’octobre face à Israël, Sadat a nommé ce dernier à Londres pour ainsi l’éloigner et a choisi Moubarak pour le désigner vice-président. L’Égypte a vécu sous l’ère Moubarak dans un régime de dictature et un système économique marque pas un excès de libéralisations. Maintenant qu’il est mort qu’il repose en paix. Mon souhait est que le peuple égyptien puisse un jour retrouver le chemin de la démocratie et élire un président sur cette base-là et rompre ainsi avec ce régime militaire qui a dirigé l’Égypte depuis la révolution de 1952.

-Le Coronavirus continue d’effrayer le monde entier. Le Maroc redouble de vigilance. Dans le sillage de la propagation du Coronavirus en Europe, les autorités marocaines ont élevé le niveau de vigilance dans les différents postes frontières et les établissements de santé référentiels. Ainsi, dans le cadre du renforcement des mesures de contrôle, le ministère de la Santé a mobilisé ses services, en coordination avec les services de la Gendarmerie royale, les services de santé des Forces armées royales et les différents corps concernés, au niveau des postes frontaliers. A cet effet, tout cas suspect ou présentant des symptômes particuliers sera soumis à un examen approfondi avant de pouvoir quitter le poste frontalier. L’Ambassade du Maroc en Italie a adressé un courrier aux présidents des centres islamiques et des associations civiles basés à Vérone pour leur communiquer le numéro de téléphone de la cellule de crise (00393899652168) mise en place par les services diplomatiques du Royaume. Il leur a été également annoncé que les autorités italiennes ont mis en place un numéro vert (1500) pour les personnes présentant les symptômes du coronavirus.

#آش_واقع#instagram : radiomfmofficiel#achwa9a3 #mfm #mfmradio #carte_blanche #inanimaelainine

Publiée par RADIO MFM Officiel sur Mardi 25 février 2020

Je trouve anormal que le service d’appel répond en italien aux personnes qui veulent se renseigner ; c’est aberrant, constate Berraoui qui reproche par ailleurs au ministère de la Santé son manque de communication. Ce mutisme dans ce contexte sensible ouvre la voie aux rumeurs qui peuvent mener à la psychose dans la société. Une ancienne ministre française a dit que si mesures prises aux postes frontaliers ce n’est que du cinéma. Car un patient qui va prendre une aspirine dans l’avion aura une température normale lors des contrôles à son arrivée. Néanmoins, suggère Berraoui, il faut établir un rapport de confiance entre les établissements de santé et le citoyen pour éviter la panique. À ce jour, aucun cas de contamination n’est si signalé au Maroc. Un certain nombre de mesures de protection ont été prises, mais le plus important à mon sens reste la propreté. J’ai entendu aujourd’hui un virologue qui a insisté sur ce point. D’après lui, face à ce virus dont on ne connait pas les causes et auquel on n’a pas encore trouvé de remède, il faut renforcer son système immunitaire, donc adopter une bonne hygiène de vie, se laver les mains fréquemment…

Carte blanche : Jamal Berraoui revient sur le sujet sensible de pénurie de certains médicaments. De nombreux patients atteints de maladies chroniques en beaucoup de peine à trouver des médicaments. C’est une situation anormale qui exige l’intervention du ministère de la santé. On revient là aussi au problème de communication. Et ce n’est pas normal aussi que le ministère soit dans une situation de faiblesse vis-à-vis des laboratoires pharmaceutiques. Il est clair que ces derniers n’étant pas d’accord réduction de prix de certains médicaments entrent en conflit avec le gouvernement et décide de ce fait de ne pas mettre sur le marché les médicaments dont la marge de bénéfice est faible.

« Ach Waqe3 » est une émission incontournable. Elle est diffusée sur les ondes de MFM Radio du lundi au jeudi de 12h30 à 13h30 et le vendredi de 12h à 13H et rediffusée les mêmes jours à 19h30.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Le vice-ministre iranien de la Santé contrôlé positif au coronavirus

Article suivant

Le saoudien Humania mise sur le Maroc