Entreprises & Marchés

ADM souffle sa 25ème bougie

 


Anouar Benazzouz, DG de la Société nationale des autoroutes du Maroc.

Infrastructures routières. 1800 kilomètres à l’horizon 2016, dont 1511 km déjà réalisés. Même si sa dette pèse beaucoup, ADM a néanmoins de bonnes perspectives
par Roland Amoussou

Un quart de siècle d’existence, cela se fête. La Société nationale des Autoroutes du Maroc(ADM) a, en effet, célébré ses 25 printemps mardi dernier à Rabat. La cérémonie, qui s’est déroulée à la Bibliothèque Nationale du Royaume, a réuni un parterre de personnalités, parmi lesquelles le ministre de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, Aziz Rabbah et le ministre d’Etat, Abdellah Baha. 25 ans d’expérience et d’expertise qui ont permis au Maroc de se doter d’un réseau autoroutier de 1511 kilomètres, faisant ainsi du Royaume le deuxième pays disposant d’un long réseau autoroutier à l’échelle africaine, après l’Afrique du sud. «La Société nationale des Autoroutes du Maroc a contribué à renforcer la compétitivité logistique de notre pays», a souligné le ministre d’Etat Abdellah Baha, dans son discours inaugural. Il a notamment salué le parcours de l’entreprise, et fait remarquer qu’ADM a contribué à drainer les investissements qui ont positivement impacté l’économie nationale, améliorant l’attractivité de notre pays. Abdellah Baha a de même souligné dans son discours que la Société nationale des Autoroutes du Maroc a contribué à renforcer les compétences nationales en matière d’architecture et de réalisation d’ouvrages autoroutiers. «Cette célébration du 25 ème anniversaire des Autoroutes du Maroc est une occasion pour mettre le doigt sur les réalisations de cette société nationale qui contribue au développement de notre pays» a, pour sa part, souligné Aziz Rabbah. Il a fait remarquer que la réalisation des 1511 km a coûté 45 milliards de DH, dont plus de 30 milliards de DH sous forme de prêts. Il a rappelé que 10 milliards de DH ont été consacrés à l’expropriation et 3 milliards de DH pour l’entretien. « C’est donc un coût très important, considérant les moyens financiers de notre pays. Mais, il fallait consentir cet effort de financement», a-t-il souligné. «C’est un investissement qui accompagne le développement économique de notre pays et qui permet de désenclaver et de connecter les différentes régions, garantissant ainsi une fluidité en termes de transport de personnes et de marchandises», a ajouté le ministre. Aziz Rabbah a notamment précisé que les 1800 km seront bel et bien achevés à l’horizon 2016, avec un investissement global qui atteindra les 57 milliards de DH.

Partenariat public-privé

Selon lui, la réalisation de ces infrastructures encourage les investisseurs à venir au Maroc, qui jouit de la logistique nécessaire pour les accompagner. Aziz Rabbah juge nécessaire de mettre en place une vision prospective pour doter le pays d’un plan ambitieux d’infrastructures. Le ministre n’a pas, non plus, oublié la situation actuelle de la Société nationale des Autoroutes du Maroc, qui a une dette très importante. «Nous devons renforcer l’expertise nationale en matière de gestion des autoroutes, et nous pouvons l’exporter au-delà de nos frontières, notamment en Afrique subsaharienne », a-t-il insisté. Soulignons que le réseau autoroutier représente un levier important pour l’économie nationale, en connectant 80% des installations industrielles, 5 principaux ports, et 7 aéroports internationaux. Aziz Rabbah a aussi profité de l’occasion pour revenir sur ses priorités. «Nous devons renforcer le cadre des partenariats public/privé pour accélérer la réalisation du nouveau plan de construction des autoroutes du Maroc et conclure un contrat-programme avec ADM et le Gouvernement pour les années à venir», a-t-il précisé. A son tour, Anouar Benazzouz, le patron de la Société nationale des Autoroutes du Maroc s’est dit fier du chemin parcouru. «120.000 postes de travail ont été créés grâce aux autoroutes », a-t-il affirmé lors de sa présentation. Soulignons qu’à la fin de cette cérémonie, une convention portant sur la formation aux métiers de l’autoroute a été paraphée par le ministre de l’Equipement, le patron de la Société nationale des Autoroutes du Maroc, et le ministre délégué auprès du ministre de l’Education nationale et de la formation professionnelle, Abdelaâdim El Guerrouj. En vertu de cette convention, ADM s’engage à former environ 700 jeunes à l’horizon 2018.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Outillages industriels : le français Fgroup débarque

Article suivant

Maintenance aéronautique : RAM préfère Air France Industries