Aéronautique

Aéronautique : Elalamy vend la destination Maroc aux avionneurs ( Vidéo )

Ouverture en grande pompe ce mardi 06 octobre du Salon Aerospace meetings de Casablanca. De grands majors de l’industrie aéronautique y participent à l’instar de Boeing, Airbus, Bombardier ou encore Safran. Et pour en séduire d’autres, le ministre de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy a su avancer les bons arguments.

 
 
D’abord « un back to basics » s’impose, a avancé d’emblée Hamid Benbrahim El-Andaloussi. Le président du Groupement des industries marocaines aéronautique et spatiales (GIMAS) a, une fois de plus, rappelé la position géographique du Maroc, «une plaque tournante entre le nord et le sud » en soulignant que le Maroc, «  dispose d’une main-d’œuvre hautement qualifiée et a mis en place des mécanismes d’aide à l’investissement ». 
 
De son côté, Moulay Hafid Elalamy, le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique a mis en avant les indicateurs qui « témoignent de la place que s’est forgé le pays à l’échelle internationale ». Impossible pour un acteur mondial du secteur et voulant produire dans un pays de ne pas rajouter le Maroc dans son Benchmark. Et les chiffres, dit-il, sont là pour le prouver. Le secteur, qui affiche un taux de croissance annuelle de 20 à 25%, a permis la création de 10 000 postes d’emploi, et a franchi la barre de 1 milliard de dollars de chiffre d’affaires.
 
Du simple au double
Les différentes parties prenantes semblent déterminées pour atteindre les objectifs fixés dans le cadre du Plan d’accélération industrielle (PAI) 2014-2020, et dont les quatre premiers écosystèmes identifiés concernent l’Assemblage, les Systèmes électriques, l’Entretien-réparation & révision et l’Ingénierie. Il est ainsi prévu à l’horizon 2020 la création de 23 000 nouveaux postes d’emploi, et un chiffre d’affaires de l’ordre de 2 milliards de dollars. Le taux d’intégration locale devrait quant à lui être porté à 35% dans les cinq prochaines années.
 
Des mesures incitatives
Et pour y parvenir, le gouvernement met en place une batterie de mesures incitatives. Le ministre de l’industrie a notamment évoqué la prime à l’investissement, l’aide pour l’acquisition des terrains et bâtiments, mais aussi l’accompagnement par la formation. A ce sujet, le président du GIMAS a annoncé le lancement prochain de l’institut de formation en middle management.
Décidément, Aerospace Meetings Casablanca est une opportunité, pour les leaders de l’industrie aéronautique, spatiale et de la défense, de rencontrer de potentiels partenaires industriels. En témoigne le nombre de participants, venus de 17 pays et qui s’élève à plus de 350. Il est prévu également la tenue de 4000 rendez-vous BtoB entre les différents donneurs d’ordres notamment Airbus, Boeing, Matis, Bombardier ou encore Stelia, pour ne citer que ceux-là.
 
Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

La croissance sera au rendez-vous cette année.

Article suivant

Le groupe Chaâbi renforce sa politique de qualité (Vidéo)