Aéronautique

Aéronautique: Safran réduit la voilure au Maroc

Alors qu’on s’attendait à ce que le Maroc soit parmi les bénéficiaires du plan anti-Covid19 du groupe français Safran ( Safran est un groupe international de haute technologie opérant dans les domaines de l’aéronautique, de l’espace et de la défense, ndlr ), ce dernier annonce la poursuite de l’exécution d’un vaste plan social de 15.000 emplois à travers le monde.


Le plan social concerne notamment les usines situées en Amérique du nord et au Royaume-Uni, mais dont les sites marocains ne sortent pas indemnes non plus. Pour l’instant, rien ne filtre sur le nombre de personnes qui seront remerciées parmi les 4.300 salariés que comptait l’équipementier aéronautique au Maroc à fin 2019, mais il est à rappeler que plusieurs ingénieurs et techniciens ont déjà été licenciés progressivement à partir de juin dernier….sous le motif de « fautes graves », que d’aucuns n’y ont vu que du dégraissage économique déguisé.

Lire aussi |Nouveau modèle de développement au Maroc : pour la création d’un exécutif économique

Il faut dire que bien qu’il ait été jusqu’à présent davantage épargné par la crise du Covid-19 que ses principaux concurrents (tel le britannique Rolls-Royce), le champion français a essuyé quand même, à fin juin 2020, une baisse substantielle de son chiffre d’affaires mondial (-28% à 8,8 milliards d’euros) et une forte décrue de sa marge opérationnelle (tombée à 11% contre 16% sur l’exercice 2019), sans compter que les livraisons prévues d’ici la fin de l’année des moteurs d’avion Leap (produit phare du groupe) vont être presque divisées par deux. Et le cataclysme du trafic aérien mondial ne sera probablement pas totalement surmonté avant plusieurs années. D’où la nécessité vitale pour le secteur aéronautique de réduire les coûts, et parfois à la hache s’il le faut ! Les salariés marocains des huit filiales que compte le groupe Safran au Maroc, n’ont donc qu’à prier pour que la réduction de voilure ne leur tombe pas dessus à un moment où c’est l’écosystème aéronautique qui souffre.

Lire aussi |Importation : les transitaires se plaignent des bureaux de contrôle

Rappelons que le groupe Safran s’est implanté au Maroc en 1999 avec la création de Safran Aircraft Engine Services Maroc, coentreprise entre Safran Aircraft Engines et Royal Air Maroc, spécialisée dans l’entretien de moteurs d’avions. Par la suite, plusieurs autres filiales ont vu le jour dans les domaines des nacelles, du câblage, des harnais électriques ainsi que des services en ingénierie à d’autres sociétés du Groupe.

 
Article précédent

Suivez le LIVE de l’émission « Décryptage » de radio MFM

Article suivant

Coronavirus : les entreprises de l'industrie textile envisagent des baisses d’effectifs allant jusqu’à 65% en 2020 [étude]