Energie

Affaire Platinum Power : bataille à couteaux tirés entre les deux principaux actionnaires

Omar Belmamoun, PDG de Platinum Power, et l’actionnaire américain Michael Toporek se livrent une bataille qui remet en question la réalisation par l’énergéticien des projets de production d’électricité d’origine renouvelable annoncés au Maroc, mais aussi en Côte d’Ivoire et au Cameroun.


Le premier a publié un communiqué, le vendredi 20 mars, pour crier victoire et annoncer que le président du tribunal de commerce de Casablanca a tranché en sa faveur. Quelques heures après, le deuxième a réagi à travers également un communiqué contredisant les allégations d’Omar Belmamoun.

Lire aussi Platinum Power au bord du gouffre

Lors de sa sortie via son communiqué, Belmamoun a indiqué que le président du tribunal de commerce de Casablanca a tranché en sa faveur et que « Platinum Power ne sera donc pas mis en redressement ». Et d’ajouter qu’à ce titre, « le juge a débouté l’actionnaire américain Michael Toporek. La demande a, de ce fait, été classée sans suite ». Mais Toporek n’a pas mis du temps pour balayer ces affirmations d’un revers de main. Selon lui, « Brookstone Partners, actionnaire de référence de la société Platinum Power, condamne la tentative de manipulation de la presse et de l’opinion publique à laquelle s’est livrée M. Omar Belmamoun par voie de diffusion d’un communiqué de presse mensonger, le 20 mars 2019 ».

Et de préciser n’avoir initié aucune « demande de redressement » et n’avoir été débouté d’aucune action. « La procédure judiciaire à laquelle M. Belmamoun fait référence fait suite à une procédure d’alerte introduite par le commissaire aux comptes de la société Platinum Power en raison des graves difficultés financières de la société dues à sa gestion désastreuse », martèle le patron de Brookstone Partners.

Pourtant, Omar Belmamoun a indiqué  dans son communiqué avoir réussi à écarter définitivement le risque de redressement parce qu’il a « présenté les garanties nécessaires requises au président du tribunal ». « Nous avons tout mis en œuvre pour que le conflit entre actionnaires n’ait pas d’impact sur l’entreprise et ses activités. Ce travail a pu être réalisé grâce notamment à la mise en place d’une nouvelle gouvernance unifiée », explique le PDG de Platinum Power, qui précise que “cette décision marque la fin d’une période d’incertitude ».

Pour autant, l’affaire Platinum Power ne semble pas terminée. En effet, Brookstone Partners a indiqué dans son communiqué avoir introduit une action judiciaire pénale à l’encontre d’Omar Belmamoun « pour détournement, disposition frauduleuse des fonds de la société Brookstone Partners Morocco, escroquerie et abus de confiance ».

« Cette action au pénal sérieusement documentée suit son court et est juridiquement et factuellement fondée, en dépit des annonces mensongères relayées par M. Omar Belmamoun par voie de presse », précise-t-elle.

De son côté, le PDG de Platinum Power, poursuivant sa logique, a annoncé dans son communiqué que « l’Assemblée Générale tenue le 5 février dernier a acté la poursuite des activités de l’entreprise et l’a reconduit dans ses fonctions de PDG de Platinum Power avec pour mission de redresser la situation sociale de l’entreprise eu égard des projets stratégiques sur lesquels elle est engagée, notamment sur le continent africain ».

Paradoxalement, aussi Belmamoun que Toporek, tous les deux se réjouissent de la décision du tribunal de continuation de l’activité de Platinum Power. « En sa qualité d’investisseur majoritaire, Brookstone Partners se réjouit de la décision du tribunal de continuation de l’activité de Platinum Power et réitère sa volonté de travailler de concert avec l’ensemble des actionnaires, notamment avec les actionnaires minoritaires, qui ont toujours démontré une volonté forte et une détermination marquée face aux situations difficiles auxquelles Platinum Power a pu faire face jusqu’à maintenant, afin de trouver une solution viable, sérieuse et crédible pour aller de l’avant », souligne Brookstone Partners, qui revendique 43,67% de Platinum Power en termes d’equity et près de 80% de la dette d’actionnaires en termes de compte courant d’actionnaires.

Toutefois, Brookstone Partners qui a réaffirmé dans son communiqué « sa disposition à réaliser un plan de recapitalisation », a conditionné celle-ci « à la révocation de M. Omar Belmamoun du management de la société du fait de sa gestion désastreuse ».

Lire aussi : Platinum Power : Brookstone Partners prépare une audience le 19 février

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Afrique : deux villes marocaines dans le top ten des plus agréables

Article suivant

Forum maroco-belge : vers une gestion rationnelle de la migration