Conjoncture

Africa Talks : les enjeux de l’Afrique en 2020

Permettre à la diversité africaine des compétences de se rencontrer, d’échanger, de se connaître et de se projeter dans un avenir proche, tel a été l’objectif de cette rencontre organisée par Mazars à Casablanca, pas loin des vagues de l’Océan Atlantique, ce 25 février 2020.


En effet, il est question de mettre en contact des personnes habituées à un langage technique et d’horizons différents dans une bonne ambiance qui les oblige à se rappeler et à revenir à leur humanité profonde, à se délester des complexes liés aux vicissitudes de la vie matérielle. La tâche n’est pas facile. Et pourtant l’équipe Mazars semble avoir bien réussi. Lorsque Nathalie Vairac a commencé à chanter, accompagnée par le célèbre musicien et chanteur Kora Ablaye Cissoko, impossible de ne pas voir l’émotion sur les visages, les yeux presque en larmes. Nathalie, par ses mots-choc, qui vont droit au cœur, remue l’inconscient collectif africain. Elle réveille les blessures profondes que partagent les africains, au fond de leur âme.

C’est dans cette ambiance artistique que la réflexion a été engagée sur le contexte actuel en Afrique, sous plusieurs angles. « Une belle pluie de beaux mots dans un désert » ? Pas du tout. Les premiers échanges ont exprimé une prise de conscience radicale quant au besoin urgent d’actions concrètes. Abdou Diop, managing partner à Mazars, dresse l’inventaire des richesses matérielles et immatérielles en Afrique pour souligner l’énorme potentiel du continent. Mais il termine en soulignant la nécessité et l’urgence de « passer du conceptuel à l’opérationnel », de ne plus se limiter aux rêves et aux beaux discours. Ainsi, lance-t-il, dès le début, l’idée d’une « plateforme africaine d’échange des meilleures pratiques ». L’objectif premier est de rendre disponibles des informations pratiques au service de l’investissement.

Religions et appartenances ethniques favorisent tensions et conflits

Catherine Duggan donne un aperçu sur les nombreux prochains rendez-vous électoraux en Afrique, dont il faudra tenir compte. Paulo Gomes met l’accent sur le besoin urgent d’inventer une démocratie adaptée à la réalité des formations sociales en Afrique. Le recours à la religion et aux appartenances ethniques favorise les tensions et les conflits. Rama Yade, ancienne secrétaire d’État française, souligne l’alliance objective actuellement entre tyrans et terroristes « unis dans le même refus » de la démocratie. Pour elle, la démocratie ne doit plus être limitée à ses aspects procéduraux. Elle doit devenir « substantielle » pour contribuer à des changements positifs irréversibles.

Pour Abdou Diop, l’évolution récente en Ethiopie, où l’OCP a engagé d’importants investissements, est marquée par les « stigmates de l’époque communiste » avec un ralentissement du processus de libéralisation. Situation qui semble cependant provisoire. Catherine Duggan analyse l’impact de l’épidémie survenue récemment en Chine sur certaines économies africaines, en particulier celles fortement dépendantes économiquement de l’Empire du Milieu.

Pour Fathallah Sijilmassi, ancien diplomate, l’Afrique doit d’abord apprendre à compter sur elle-même, c’est-à-dire donner priorité à son renforcement endogène pour entamer un processus de développement durable, à travers notamment la coopération Sud-Sud. Déjà, mondialement, 6 Etats Africains réalisent les plus forts taux de croissance. L’avenir serait ainsi dans une « politique afro-africaine », sans pour autant s’isoler du monde, mais en revoyant les priorités stratégiques.

Rama Yade confirme et appuie cette vision. Pour elle, c’est ce renforcement interafricain qui devrait permettre un changement du rapport de force au niveau international, et permettre à l’Afrique d’avoir plus de poids dans le processus décisionnel au sein des instances internationales.

Climat, démographie, jeunesse, immigration, emploi, femmes, endettement (…), plusieurs thèmes ont été abordés pour offrir aux participants l’image la plus complète possible de la situation actuelle du contient. C’est ce qui va permettre de mieux percevoir les enjeux économiques actuels en Afrique où le processus d’intégration interafricaine souffre de retard.

Autre défi unanimement partagé : « transformer le continent africain de fabricant et exportateurs de matières premières en fabricant de matière grise et de justice sociale ». Pour cela, il est nécessaire de mettre en place des écosystèmes où se rencontrent complexité, cohérence et dynamisme. L’approche se veut globale. C’est pour cela que le dernier panel a été dédié à l’économie du sport, de la culture et de l’éducation, chantiers profonds exigeant un changement de perception des gouvernants pour favoriser l’émergence de nouvelles politiques publiques inclusives où les jeunes trouvent des conditions favorables à leur épanouissement. Sport et culture sont des vecteurs de rapprochement et de création de nouvelles perceptions, base d’un développement dynamique et inclusif. Telle a été la conclusion de cette rencontre exceptionnelle où le sérieux est fortement cimenté par l’humain.

 
Article précédent

Vidéo. Les exportations marocaines suscitent la colère des agriculteurs espagnols

Article suivant

Challenge #732