Mobile banking

AfricaPay ambitionne de devenir la première néo-banque du continent

Améliorer le taux de bancarisation en Afrique, tel est l’objectif de Africa Pay, le premier projet de néo-banque (établissement de paiement ayant obtenu une licence bancaire qui se concentre sur un accès 100% mobile) dans le continent.  


Selon les chiffres de la Banque centrale des états d’Afrique de l’Ouest, le taux de bancarisation serait d’à peine 18% dans les pays de l’Union économique monétaire ouest-africaine (UEMOA) et d’environ 10% sur l’ensemble du continent. Par contre, le taux de pénétration des téléphones portables est élevé : il est de 82% selon un rapport d’Ericsson

Un constat favorable aux acteurs de la FinTech susceptibles d’apporter des solutions performantes et immédiatement opérationnelles à la grande majorité de la population qui ne dispose pas d’accès à des comptes, des crédits, des plateformes boursières, etc. Dans ce contexte, AfricaPay, premier projet de néo-banque en Afrique, mise sur le mobile banking. Son atout : dématérialiser tous les services physiques sur des interfaces mobiles (Smartphone, tablette…). L’objectif est de proposer des prestations bancaires accessibles à tous, 7j/7 et 24 h/24.

Lire aussi | Cyberattaques : comment Maroc Télécom booste la protection des Marocains

L’initiateur du projet, Thomas Clausi, a constaté qu’en plus de la difficulté à couvrir tout le territoire, le décalage entre les services bancaires proposés et les besoins des populations est un des freins au développement des banques en Afrique. Ce secteur fait également face à des coûts d’utilisation élevés, un manque de proximité… En revanche, le mobile money explose. En effet, les transactions réalisées en Afrique subsaharienne uniquement en 2019 ont représenté 64,15% des échanges mondiaux. Sur l’ensemble du continent, le nombre d’utilisateurs de mobile money va prochainement dépasser les 500 millions de personnes. C’est de là où est venue l’idée de proposer des prestations dématérialisées qui apportent une réponse efficace et adaptée aux enjeux liés au développement économique de l’Afrique à l’heure de la digitalisation. « Le continent est un très grand marché et malheureusement nous n’avons pas à l’heure actuel une néo-banque en Afrique comme c’est le cas en Europe ou en Amérique. Nous voulons offrir un service bancaire sur mesure sur tout le continent pour accompagner l’utilisation du téléphone portable répandue en Afrique », souligne Thomas Clausi.

Lire aussi | Coronavirus : AstraZeneca défend l’efficacité de son vaccin sur les personnes âgées

Le jeune serial entrepreneur compte profiter des avancées réalisées par le Maroc en mobile banking et son ouverture sur l’Afrique pour lancer son nouveau projet. Il ambitionne ainsi de faire du Royaume un tremplin vers les autres marchés du continent, notamment le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Congo, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Guinée, la Guinée Bissau, la Guinée équatoriale, le Mali, la Mauritanie, le Niger, la République centrafricaine, le Sénégal, le Tchad, le Togo, la Tunisie et l’Algérie. « Nous sommes en train de finaliser la demande pour obtenir l’agrément de Bank Al-Maghrib en tant qu’établissement de paiement. Aussi, nous sommes en pleine levée de fonds de 25 millions d’euros. Le lancement du projet est prévu pour cette année. Pour ce faire, nous allons nous appuyer sur des partenariats avec les banques pour profiter de leur expériences dans le core banking », soutient Thomas Clausi.

En ce qui concerne l’offre, Africa Pay propose l’ouverture d’un compte en quelques minutes. 4 types de cartes de crédit sont disponibles, dont 3 cartes pour particuliers et une pour les professionnels. Grâce à une application mobile, les services d’AfricaPay sont utilisables 24 h/24 et 7 j/7, en plus de la possibilité de faire un crédit en quelques clics. L’envoi et la réception d’argent dans toute l’Afrique se font de manière simplifiée. De plus, la carte bancaire AfricaPay peut être utilisée dans le monde entier.

 
Article précédent

Cyberattaques : comment Maroc Télécom booste la protection des Marocains

Article suivant

Dakhla : un rallye historique pour célébrer la marocanité du Sahara