Société

Aïd Al-Adha. Seuls 4% des Marocains prévoient d’aller à l’hôtel [enquête]

C’est une enquête qui tombe à point nommé à la veille de l’Aïd Al-Adha. Le cabinet ThinkOne Research & Consulting vient, en effet, de publier les résultats d’une étude réalisée sur les habitudes de consommation des Marocains durant cette période de fête. Les détails.


On apprend ainsi que seuls 16% des Marocains prévoient de voyager, principalement chez des proches, et seulement 4% entendent aller à l’hôtel ou louer un bien (Appartement…). 73% des répondants ont indiqué vouloir passer la période de l’Aid Al-Adha à domicile, 9% des proches dans la même ville, et 12% des chez proches des d’autres villes. En ce qui concerne les destinations préférées des Marocains dans cette période de fête, Agadir se place en tête de liste (13%), Nador et Al Hoceima (8%), Casablanca (6%) et Rabat (5%).

Lire aussi | Mohamed Rabie Khlie élu à la vice-présidence de l’Union internationale des chemins de fer

Pour les moyens de déplacement, la voiture est plébiscitée. En effet, 46% des répondants comptent prendre la route avec leurs voitures. 19% ont fait le choix des Cars/CTM, contre 15% pour ceux qui comptent voyager en train. Seuls 4% comptent voyager en avion. En ce qui concerne les préparatifs pour la célébration de l’Aid, l’enquête révèle que les principaux achats concernent l’alimentaire (60%), et 58% pour les achats d’habits traditionnels et contemporains. Les dépenses pour le matériel et les ustensiles de cuisine comptent pour 51%. Et, 17% des dépenses iront à l’électroménager et l’électronique. Les principaux lieux d’achats des produits alimentaires : 44% pour le canal moderne et 37% s’approvisionneront auprès des épiceries.

Lire aussi | Aïd Al-Adha. Les administrations fermées pendant deux jours

En termes d’activité pendant cette période, on note que 22% prévoient d’aller à la plage, 21% comptent fréquenter les cafés, et 6% comptent faire du shopping. Seuls 4% prévoient d’aller au restaurant. Les raisons de cet désintérêt ? Bien évidemment pour beaucoup, c’est le contexte actuel marqué par la crise sanitaire. Ainsi, 21% évoquent les restrictions sanitaires, contre 6% qui ont peur d’être contaminés par le Covid-19. Le manque de moyens financiers est évoqué par 22% des répondants.

 
Article précédent

Pegasus. Le gouvernement marocain rejette et condamne les allégations mensongères publiées par les journaux étrangers

Article suivant

Évolution du coronavirus au Maroc. 1153 nouveaux cas, 558.785 au total, lundi 19 juillet 2021 à 16 heures