Aérien

Airbus revoit à la hausse ses ambitions au Maroc

Depuis plus de 50 ans de présence dans le Royaume, Airbus a réaffirmé la place prépondérante de l’industrie marocaine dans l’aéronautique, en présentant l’ensemble des opérations d’Airbus au Royaume et plus largement en Afrique.


Un avion Airbus décolle ou atterrit toutes les 1,4 seconde. Actuellement, environ 120 avions passagers desservent le Maroc y compris les avions des compagnies étrangères. Le leader mondial de l’aéronautique français compte desservir l’intégralité du marché marocain avec 260 avions en 2037 en dépit de 120 avions présentes dans le marché en 2017. «Le trafic de passagers marocain a doublé de 2,3 et devrait quadrupler en 2037 de 4,3», explique Bertrand Lestimé, directeur Marketing d’Airbus région Afrique du Nord.

Selon les dernières prévisions du marché mondial 2019-2023 d’Airbus, le trafic de passagers au Maroc a quadruplé depuis 2002 et devrait plus que doubler en 20 ans. Airbus compte 1.100 employés marocains parmi les 2.175 que compte l’avionneur en Afrique sur 8 Pays en produisant dans 3 usines sur le continent. Plus de 30 compagnies africaines font partie de l’écosystème de production d’Airbus avec 200 avions opérés par 32 compagnies aériennes connectent le continent, contribuant au secteur global de l’aviation qui représente plus 6,8 millions d’emplois directs et indirects sur le continent.

«Airbus, qui a initié l’écosystème aérospatial, soutient des milliers d’emplois qualifiés dans le pays, s’engage concrètement avec l’industrie du Royaume et génère des recettes d’exportations cruciales pour l’industrie locale et l’économie du pays», souligne Mikail Houari, président d’Airbus Afrique et Moyen-Orient, lors de la présentation des opérations d’Airbus au Maroc.

Airbus Maroc en chiffres

Airbus a contribué à l’économie marocaine sur deux usines en direct avec 60 millions euros d’investissements dans Airbus/Stelia depuis sa création, 300 à 500 millions euros d’activités annuelles dans les dernières années, générées par la chaîne logistique de la compagnie.

Le constructeur aéronautique ne se limite pas seulement à la construction des avions civils. En effet, il compte être leader sur le continent au service des institutions privées et parapubliques couvrant notamment les services d’urgence médicale, de lutte contre la contrebande et le braconnage ou pour les opérations humanitaires. Airbus revendique également la position de numéro un dans les secteurs de la défense et du spatial grâce à ses technologies qui continuent de fournir au continent des donnés et informations essentielles à travers ses satellites de communications et d’observations, utilisés pour assurer la protection, sécurité alimentaire, surveillance climatique et des ressources naturelles, entre autres applications.

Airbus Hélicoptères : une histoire de plus de 40 ans au Maroc

Hélicoptères a développé depuis 40 ans une relation privilégiée avec les Forces Royales Aériennes. Une flotte gouvernementale et civile d’une centaine d’hélicoptères de la gamme Airbus, le Maroc est l’un des pays les plus équipés en hélicoptères sur le continent africain. Les flottes de Super Pumas, Pumas, Gazelle, Panther, Dauphins, H135, H145 équipent les Forces Royales, la Marine Royale et la Gendarmerie Royale.

Défense et spatial : Le Maroc, un partenaire historique d’Airbus DS

Cela a commencé en 1991 avec l’entrée en service des Forces royales air de 7 avions tactiques CN235-100 qui opèrent toujours depuis la 3e BAFRA de Kénitra. Ensuite, pendant la période 2006-2017 la production des VTS (Vessel Traffic Services ) pour les ports de Tanger Med, Casablanca et Laâyoune VTS du CSTM (Centre de Surveillance du Trafic Maritime) à Tanger, au cours de la même période, l’année 2013 a connu l’achèvement du système de sécurité IMARSEC (Integrated MARitime SECurity) du port Tanger Med .

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Remaniement ministériel : une émission spéciale sur MFM Radio à 20h00

Article suivant

Officiel. La liste complète du nouveau gouvernement