Education

Al Akhawayn et UM6P font réfléchir l’Afrique sur l’éducation après Covid-19 (jour 2)

Organisée par l’Université Mohammed 6 Polytechnique (OCP) et l’Université Al Akhawayn d’Ifrane, la première édition de la Conférence internationale sur l’éducation en Afrique avait pour thème « Les défis de l’école d’aujourd’hui et le regard vers l’école de demain ». L’événement tenu en ligne a rassemblé les professionnels et experts du domaine de l’éducation au Maroc, en Afrique, en Europe et en Amérique pour réfléchir sur l’impact de la pandémie du coronavirus, les réponses apportées ici et là à son déclenchement par les Etats, mais surtout quel devra être le visage de l’éducation à partir de cette expérience.


Pour cette deuxième journée du 3 octobre dont le thème a été « L’état des lieux de l’éducation et les défis à relever en Afrique », de nombreuses présentations sont revenues sur l’état de l’enseignement dans plusieurs pays du continent, les défis auxquels fait face leur système éducatif, la sélection des enseignants et les conditions dans lesquelles ils exercent, l’apprentissage, le contenu des enseignements et leur déphasage par rapport aux réalités et évolutions actuelles. Entre autres constats, l’enseignement est devenu un refuge contre le chômage et non plus un métier de vocation. Une telle situation conduit à un enseignement de moindre qualité, lequel inévitablement se répercute sur la capacité des formés à s’insérer dans la vie active. Pour remédier à cela, des actions sont mises en place ou sont à mettre en place pour redonner à l’enseignant le goût de mieux faire son travail et à l’apprenant la volonté et le goût d’acquérir des connaissances.

Quelques idées lors des interventions :

Ahmed Legrouri, Université internationale de Grand-Bassam

Le continent africain est doté d’un potentiel de ressources naturelles riche et diversifié. De plus, le capital humain du continent est très jeune, avec un âge médian de 19,7 ans (42,6 pour l’Europe). Sa population, estimée à plus d’un milliard, devrait doubler d’ici 2050. Cette croissance rapide représente d’énormes opportunités pour l’Afrique. Avec tous ces atouts, le continent est confronté à plusieurs défis, dont le chômage des jeunes. Une façon d’atténuer ces défis consiste à déployer des stratégies pertinentes et dynamiques pour créer une masse critique de personnes hautement instruites et qualifiées. Malheureusement, le système éducatif dans la plupart des pays africains a besoin d’être amélioré. A l’ère de la connaissance et de l’intelligence, le développement dans tous les domaines est lié au pouvoir de l’innovation. Par conséquent, un système éducatif de qualité nécessite l’adaptation au changement, l’adoption d’approches pédagogiques plus entrepreneuriales et l’engagement avec les opérateurs socio-économiques. Le modèle de gouvernance doit intégrer des approches de planification stratégique et une amélioration continue, à travers l’assurance qualité et l’accréditation.

Ali Ait Si Mhamed, Nazarbayev Univeristy Graduate School of Education

Le Maroc, comme de nombreux autres pays, met en œuvre divers tests pour mesurer les acquis des élèves. Il s’agit notamment de tests nationaux tels que l’examen national du secondaire « Baccalauréat ». Au niveau international, le Maroc a participé à des évaluations internationales telles que TIMSS et PISA. Bien que le but de ces tests soit de mesurer l’apprentissage des élèves, parce qu’ils sont administrés à des niveaux plus élevés qu’une salle de classe individuelle, les enseignants peuvent estimer que les informations sur les résultats des élèves dans ces tests sont peu utiles pour leur pratique quotidienne de l’enseignement. L’utilisation des résultats des tests nationaux et internationaux est un élément vital pour aider l’enseignant à mieux enseigner en classe ; investir dans la préparation des éducateurs en tant que mécanisme pour stimuler les résultats ; augmenter la productivité économique ; et améliorer la qualité de l’apprentissage et le bien-être des étudiants marocains.

Khalid Mouna et Zhour Bouzidi, Université Moulay Ismail

Au Maroc, l’école est interrogée en permanence sur son rôle au sein de la société. Elle est même pointée dans certains discours politiques comme étant la raison de la crise sociétale. Mais au-delà d’un débat sur les réformes politiques, l’école nous ramène à s’interroger sur son contenu, sur la façon à travers laquelle le processus de transmission des savoirs et des savoir-faire se produit.

Mohammed Elmeski, Arizona State University

Des enseignants efficaces sont essentiels à un apprentissage efficace. Ils le sont encore plus dans des environnements où l’accès aux ressources supplémentaires est limité. Au Maroc et en Afrique, les candidats enseignants et les enseignants en service sont confrontés à une multitude de défis liés à la préparation, au soutien au travail et aux environnements d’apprentissage. Souvent, ces défis nuisent à l’efficacité des enseignants, surtout au début de leur carrière.

Il faut donc aider les enseignants, les professionnels de la préparation des enseignants, les membres de la collectivité et les décideurs à tenir compte des divers facteurs qui permettent aux enseignants d’être efficaces et de créer un environnement propice à l’apprentissage et à la préparation des enseignants.

Hassane Darhmaoui, Université Al Akhawayn d’Ifrane

L’offre de formation préalable et continue à de très grandes populations d’enseignants travaillant dans des écoles éloignées constitue un défi pour de nombreux pays en développement. Au Maroc, le Ministère de l’Éducation Nationale (MEN) a développé un processus de formation en ligne qui s’adresse à tous les enseignants du pays. Ce système a été mis en place grâce à la collaboration entre l’Université Al Akhawayn à Ifrane, le Centre national pour la pédagogie innovante, le MEN central et le projet Improving Training for Quality Advancement in National Education (ITQANE) de Creative Associate International. Les processus de formation en ligne ont été lancés avec la première cohorte d’enseignants-formateurs de toutes les régions du pays qui ont été identifiés par la candidature compétitive. Ces candidats ont suivi un programme de formation hybride basé sur des projets qui leur a permis de se familiariser avec les différents aspects de l’éducation en ligne (pédagogie, technologie, tutorat, etc.).

– Andy Smart, NISSEM.org

Dans de nombreux pays du Sud, des générations de manuels scolaires ont eu tendance à renforcer les notions de savoir et d’apprentissage fondées sur la transmission et sont organisés de manière à refléter une forme rigide de certitude et à être rarement, voire jamais, transformateurs. La connaissance est présentée comme une vérité fixe et inattaquable, à accumuler sous la forme de « banques » de la connaissance, dans la formulation de Freire. Une combinaison de textes fixes, de perspectives sociales monotones et de pédagogie rigide laisse peu de place à la pensée critique et créative ou à l’apprentissage social et émotionnel. En revanche, des manuels bien conçus peuvent permettre aux élèves d’apprendre comment apprendre, favoriser la pensée critique et la résolution de problèmes et, ce faisant, les préparer à apprendre tout au long de leur vie. Ils peuvent également aider à animer la pédagogie en classe. Là où les manuels mènent, l’école et la culture des enseignants peuvent suivre. C’est donc le paradoxe des manuels, surtout dans les systèmes d’approbation centralisée des manuels. Comment les enseignants peuvent-ils préparer les élèves à un monde diversifié et en rapide évolution à l’aide de manuels qui font la promotion de récits singuliers et monotones ? Comment les systèmes éducatifs peuvent-ils nourrir et soutenir le professionnalisme de l’enseignant, alors que le manuel limite leur engagement et leur créativité ? Comment les élèves peuvent-ils apprendre à évaluer et à comparer les sources d’information lorsque leur apprentissage est guidé par une seule source d’autorité sous la forme d’un manuel conçu de façon étroite ? Et comment les manuels scolaires peuvent-ils soutenir l’apprentissage émotionnel et social positif, lorsque les concepteurs et les rédacteurs de programmes d’études commencent par un modèle pour activer uniquement les compétences cognitives et atteindre seulement les résultats scolaires d’apprentissage ?

Abdellah Chekayri, Université Al Akhawayn d’Ifrane

Le profil des ressources humaines sur le marché du travail, suite à l’évolution des professionnels, a montré l’intérêt que les nouvelles recrues devraient être équipées des compétences pratiques nécessaires pour s’adapter à de nouvelles offres d’emploi dans divers domaines professionnels. Pour atteindre cet objectif, la mission de l’éducation au XXIe siècle doit être révisée afin que les programmes ne se limitent pas aux compétences cognitives de base, comme la lecture, l’écriture et les mathématiques. Ces compétences ont montré leur insuffisance à l’heure actuelle, compte tenu des développements récents dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. Pour préparer les générations futures à faire face aux défis de la vie réelle et professionnelle, elles doivent acquérir les compétences générales, à savoir : l’apprentissage et la créativité, la résolution de problèmes, les compétences en communication et la collaboration, qui leur permet de réussir dans leurs interactions sociales, répondre aux demandes des employeurs, mener une carrière fructueuse et soutenir le développement du monde.

– Youssef Lefdaoui, Université Mohammed V

La pensée conceptuelle a reçu un intérêt croissant de la part des universitaires et de la population pour l’éducation ; pourtant, les enseignants sont souvent incertains de ce que cela signifie de mettre en œuvre cela dans leur milieu scolaire. La pensée conceptuelle offre néanmoins un cadre permettant aux enseignants de s’engager dans des problèmes de pratique difficiles. Et lorsque les enseignants se considèrent comme des concepteurs, elle peut renforcer leur capacité à résoudre de manière créative des problèmes de pratique pertinents à leur contexte, à une époque où les défis abondent dans les systèmes éducatifs en Afrique et dans le monde entier.

 
Article précédent

Le projet de loi de finances 2021 vient d'entrer dans le circuit

Article suivant

Budget 2021 : voici les chantiers prioritaires