Société

Al Hoceïma : la manifestation du 20 juillet interdite

Les autorités locales ont décidé de ne pas autoriser l’organisation d’une manifestation le jeudi 20 juillet 2017 dans la ville de Al Hoceïma, a indiqué lundi 17 juillet 2017 la préfecture de la province d’Al Hoceïma.


La non autorisation de la manifestation du 20 juillet à Al Hoceïma se base sur les prérogatives juridiques de l’autorité administrative locale claires à ce sujet, a précisé la même source, ajoutant que cette autorité a pris toutes les mesures de nature à assurer la mise en œuvre de cette décision de non autorisation de la manifestation et que le Parquet a été informé de toutes les circonstances et aspects de la question.

« Il a été constaté qu’un groupe d’acteurs a lancé plusieurs appels via les réseaux sociaux à l’ensemble des citoyens pour prendre part à une manifestation de protestation le 20 juillet 2017 à Al Hoceïma », ont souligné les autorités locales. Elles précisent que les services de la préfecture de la province d’Al Hoceïma affirment que ces appels n’ont pas respecté les procédures légales en vigueur, et que l’autorité administrative locale n’a reçu aucune déclaration à ce sujet comme stipulé par les dispositions du Dahir 1.58.377 du 15 novembre 1958 relatif aux rassemblements publics tel que modifié et complété, notamment dans son article 12.

Ces acteurs, ou les soi-disant « coordinations » derrières cet appel, ne disposent pas de la qualité légale qui leur permet d’organiser des manifestations sur la voie publique ce qui constitue une violation claire des dispositions de l’article 11 du Dahir relatif aux rassemblements publics, qui réserve ce droit exclusivement aux partis politiques, aux organisations syndicales, aux instances professionnelles et aux associations légalement déclarées, souligne la même source.

« Après avoir procédé à une évaluation des circonstances entourant la manifestation prévue, il s’est avéré que l’organisation de cette manifestation est de nature à porter atteinte au droit de la population à un climat sécuritaire sain, surtout que cet appel coïncide avec la saison estivale », ont relevé les autorités locales. Elles appellent les organisateurs présumés de la manifestation à se conformer à la décision de non autorisation et soulignent la nécessité de respecter l’autorité de la loi, aussi bien par les autorités publiques que par les citoyens, individus et groupements, en tant que condition fondamentale enrichissant la pratique démocratique et consolidant le processus de l’édification de l’État de droit et des institutions.

 
Article précédent

Il fait l’actu : Anas Sefrioui, PDG de Aliken

Article suivant

Marhaba 2017 : presque un million de MRE accueillis