Agriculture

Al Moutmir semis-direct : OCP lance la deuxième phase du programme

Le groupe OCP lance la phase II du programme Al Moutmir semis-direct qui vise 20000 hectares, soit le double de la superficie couverte l’année dernière. L’objectif de ce programme, lancé en octobre 2019, est de renforcer la résilience de l’agriculture nationale et préparer les professionnels du secteur à mieux faire aux changements climatiques et à la rareté des précipitations.


« Suite aux résultats très encourageants de la première phase du programme Al Moutmir de semis-direct lancée en octobre 2019, OCP et dans la continuité de son engagement en faveur du développement d’une agriculture plus résiliente face aux changements climatiques, lance la deuxième phase de ce programme pour la campagne agricole 2020-2021 », annonce l’OCP. Les 20000 hectares visés concerneront plus de 100 localités dans 23 provinces réparties sur différentes zones agro-climatiques. Cette deuxième phase, qui va bénéficier à plus de 4000 agriculteurs, ciblera les céréales et les légumineuses en premier, mais aussi d’autres cultures à fort potentiel comme les oléagineuses. « Plus de 40 semoirs ont été mis à la disposition des organisations professionnelles porteuses dans différentes régions du Royaume. Les petits agriculteurs accompagnés dans le cadre de l’initiative Al Moutmir vont bénéficier des semoirs mis à leur disposition pour effectuer l’opération de semis avec zéro labour », précise l’OCP.

Lire aussi| Entreprises : la CGEM et IFC lancent une nouvelle initiative pour renforcer l’employabilité des femmes

Notons que l’offre Al Moutmir de semi- direct est déployée dans le strict respect des mesures sanitaires et de distanciation sociale dictées par les autorités compétentes. On apprend aussi que plus de 600 plateformes de démonstration de semis-direct seront installées et suivies, suivant un itinéraire technique et un protocole scientifique permettant de transmettre aux agriculteurs les bonnes pratiques agricoles (notamment de fertilisation raisonnée et de lutte intégrée) et comparer les résultats obtenus par rapport à un témoin conduit par l’agriculteur en mode conventionnel. « Le recours au digital pour capitaliser sur la data collectée auprès des agriculteurs est parmi les points forts de ce dispositif qui ambitionne d’enrichir la base de données agronomique marocaine et doter l’écosystème de data fine et à l’échelle locale pour faciliter la prise de décisions agricoles », assure l’OCP. « A travers les solutions technologiques développées par Al Moutmir, on vise la digitalisation de la conduite agronomique des parcelles du semis -direct, cela permet de remonter et suivre les informations en temps réel sur l’évolution des plateformes pour capitaliser sur le savoir agronomique récolté au niveau de chaque plateforme de démonstration ou chaque terrain suivi et conduit en semis-direct », poursuit le groupe.

D’ailleurs, dans le but de capitaliser sur les remontées des plateformes de démonstration de semis-direct et faciliter le partage de ces remontées avec l’écosystème, une application digitale a été mise en place par l’équipe Al Moutmir. Il s’agit de « Agritrial » qui permet aujourd’hui la digitalisation de la conduite agronomique des parcelles de démonstration de semis-direct et la remontée en temps réel d’informations fines sur l’évolution des plateformes (stades phrénologiques, couleurs, stress, taille, photos & vidéos des plantes…). De même, pour une meilleure adhésion des agriculteurs et une pérennisation du système semis-direct dans les régions touchées, le groupe OCP a opté pour une approche participative des agriculteurs et des organisations professionnelles. Force est de préciser que le programme de semis-direct jouit de la mobilisation des différents partenaires scientifiques comme l’INRA et l’ICARDA.

Lire aussi| Le marocain Winvestnet lance un fonds d’investissement panafricain de 2 milliards de dollars

« Dans le but d’assurer l’extension de cette pratique vers de nouvelles zones, Al Moutmir travaille en partenariat avec la Direction Régionale de l’Agriculture de l’Oriental (DRA, ONCA et CRRA) dans le cadre d’une collaboration multidisciplinaire visant l’implémentation du programme de semis-direct au niveau de trois provinces (Oujda, Berkane et Taourirt). L’objectif est d’introduire un système de production résilient aux changements climatiques, dans l’une des zones semi-arides et arides marocaines », assure OCP. Le groupe fait aussi remarquer que l’offre Al Moutmir de semis-direct mobilise, en plus des moyens techniques et financiers, des hommes et des femmes passionnées qui cautionnent ce challenge de développement du milieu rural, de l’acheminent du savoir et du renforcement de capacités des agriculteurs.

 
Article précédent

Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, lundi 30 novembre

Article suivant

L’isomorphisme mimétique, cette maladie chronique des dirigeants marocains [Tribune]