Emigration

Alexandra Montant : « Le cadre marocain n’est pas motivé en premier par le salaire »

La directrice générale adjointe de ReKrute se base sur les résultats de l’enquête du cabinet de recrutement.


Challenge : De plus en plus de cadres et cadres dirigeants marocains émigrent. Comment expliquez-vous cette tendance ?

Alexandra Montant : Ce que nous observons à travers l’enquête ReKrute qui s’est penchée sur la migration des talents fin 2018, est que les Marocains qu’ils soient cadres ou cadres dirigeants optent pour l’émigration pour acquérir de nouvelles expertises. Et plus de la moitié (57%), déclarèrent que la raison principale du choix d’émigrer réside dans le souhait d’acquérir de nouvelles connaissances pour évoluer dans leurs carrières. D’ailleurs le phénomène de migration ne touche pas que les Marocains, nous assistons à un changement global de comportement. Aujourd’hui, un Français migre souvent vers les Etats-Unis en quête de savoir, d’apprentissage… et on se veut citoyen du monde ! Ce n’est donc pas étonnant de voir des chiffres comme 91% des Marocains qui se disent prêts à émigrer.

Où iraient-ils ?

Sans grande surprise, 37% des Marocains iraient au Canada s’ils avaient le choix, ce qui est le 1er choix. Le Canada est toujours dans le top 3 des pays les plus attractifs dans les classements mondiaux, il se démarque d’ailleurs des autres pays comme la France, qui a perdu en attractivité ces dernières années et qui se retrouve en 2ème place avec 25% des réponses, suivie de l’Allemagne en 3ème position avec 12% uniquement des réponses.

Quels sont les profils de ces cadres et cadres dirigeants marocains ?

Aujourd’hui, tous les candidats optent pour la mobilité à l’international, cependant, les profils opérant dans l’informatique sont ceux qui sont le plus sollicités pour une expatriation à l’étranger ; en effet, c’est un profil très demandé par les grandes entreprises et groupes internationaux vu l’expertise et la qualification des IT marocains !

Pour quelles raisons ces cadres et cadres dirigeants marocains veulent-ils s’expatrier ?

57% des répondants de notre enquête ont déclaré vouloir s’expatrier pour une meilleure évolution de carrière et 54% souhaitent s’expatrier, car ils sont en recherche d’un meilleur environnement de travail. Ce qui confirme que les raisons de l’expatriation sont vraiment liées à un désir d’évolution et d’apprentissage, un autre chiffre vient confirmer cela : plus de 74% des Marocains à l’étranger souhaitent vraiment revenir au Maroc un jour !

Comment retenir et fidéliser les cadres et cadres dirigeants marocains ?

L’enquête montre clairement que le cadre marocain n’est pas motivé en premier par le salaire, mais par de réelles perspectives d’évolution avec un réel plan de carrière ! Le cadre marocain veut aujourd’hui évoluer dans un climat sain où il pourra être heureux; le bonheur au travail est devenu un critère de premier choix. Les entreprises conscientes de cet aspect, travaillent de plus en plus leurs images et leurs marques employeurs pour attirer et surtout fidéliser les cadres marocains. ReKrute a pour cette raison, lancé sur le marché le seul label qui mesure le bonheur au travail «Happy At Work», un label lancé en exclusivité avec le leader Choose my company ; ce label permet d’un côté aux entreprises de mesurer le bonheur des collaborateurs et d’apporter les actions correctives si nécessaire et de l’autre côté, il permet aux cadres marocains d’avoir une idée claire de l’environnement de travail dans une entreprise. Le marché marocain se veut donc plus transparent pour répondre aux besoins de ses cadres qui sont de plus en plus exigeants !

Paradoxalement, une autre frange de cette catégorie sociale avance plusieurs raisons qui les motivent à rester au pays. Selon vous, quelles sont ces raisons ?

Cette frange est motivée par plusieurs facteurs et a donc fait le choix de rester au Maroc pour contribuer au développement du pays, pour rester proche de la famille, mais aussi pour pouvoir se lancer dans l’entreprenariat !

 
Article précédent

Trophées de l'automobile : Peugeot signe un triplé

Article suivant

Bayt Dakira : le Souverain immortalise la mémoire judéo-marocaine