Sport

Algérie, Afrique du Sud : La prière de l’absent

L’art d’avoir tort


Franchement de vous à moi, on pensait que nos amis Algériens et Sud-africains se montreraient plus avisés. Leur prise de position contre la CAF (Confédération Africaine de Football), pour avoir attribué la Coupe du Monde de Futsal à la ville de Laâyoune, est une insulte à l’intelligence. 

Bien sûr, politiquement, les responsables des deux pays peuvent présenter quelques raisons à leur attitude, mais ce seraient des raisons superficielles qui, bientôt, risquent de finir par des excuses. Ces excuses que ces deux grands pays vont devoir présenter pour avoir ralenti le cours de l’Histoire commune du continent africain, gâchant ainsi le développement et l’avenir de centaines de milliers de jeunes, si ce n’est des millions.

« La main tendue » du Souverain marocain, le Roi Mohammed VI, pour régler le contentieux, made by feu Boumédienne et quelques stipendiés, n’avait aucune arrière-pensée machiavélique pour blesser l’orgueil algérien. 

Ceux qui ont suivi l’évolution Royale du Maroc savent bien que le Maroc a mis sur sa feuille de route principale, le développement de l’Afrique. Le progrès continental profitera à tous, et pas seulement au Royaume qui, Dieu merci, se porte vaille que vaille, relativement bien. Mais rien ne peut se concevoir ou se consolider, si votre plus proche voisin, s’obstine à vouloir tout contrecarrer. 

Au siècle dernier, au lendemain de la Marche Verte qui consacrait la Vérité au Sahara Marocain, feu Hassan II avait rejeté d’une pichenette verbale, la colère du chef d’Etat Algérien, créateur de la RASD et souteneur des fantasmes du Polisario. A l’époque, lors d’une interview en son palais de Skhirat, Hassan II a prophétisé : « Cette RASD sera la supercherie du siècle », déclaration qui n’avait fait qu’augmenter le ressenti et la fureur de nos antagonistes. 

Le temps a ceci de particulier, c’est qu’il passe, car il n’est pas immobile, et les positions non fondées sur des réalités historiques sont balayées sans pitié, par le vent de l’Histoire.

Le temps a fait son œuvre, les hommes ont changé et les situations aussi. Ceux qui s’arcboutent sur des problèmes fallacieux sont donc coupables devant l’Humanité et seront jugés à l’aune des catastrophes qu’ils auront fabriquées.

Peut-être, on n’est pas dans le secret des Dieux, que loin des feux de l’actualité, et des déclarations furibardes, ceux qui de l’autre côté des frontières ont du bon sens, sont en train de réfléchir à un retour à la normale. « La Main tendue » a dû faire son bout de chemin.

Pour apaiser les tensions et vider les quiproquos de leurs substances, le sport à toujours offert des solutions aux peuples.

On ne rappellera pas la partie de tennis de table (ping-pong) jouée par Nixon et Mao Zedong à Pékin et qui a permis de faire reprendre langue aux deux puissances internationales qui, du coup, se sont calmées, même si aujourd’hui, rien n’est vraiment apaisé entre USA et Chine, mais du moins, il y a eu dialogue et respect, au-delà des intérêts divergents.

Des pays ne peuvent vivre les uns sans les autres. Laâyoune et son rendez-vous continental, de Futsal pour lequel Algériens et Sud-Africains s’étaient, sur le terrain, officiellement qualifiés, offraient une belle opportunité pour escamoter beaucoup de malentendus. Hélas, les obstinations ont pris le meilleur sur la Raison.

Dommage, vraiment dommage, mais tant pis pour les absents qui auront encore tort. Tort d’avoir privé leur jeunesse d’un rendez-vous des plus sympathiques.

Tort aussi d’avoir raté l’occasion historique de rendre la pareille à un Royaume, le Maroc, qui les a soutenus dans toutes les luttes pour la Liberté et la Dignité.

L’Histoire s’en souviendra et l’Histoire seule jugera, mais c’est pitié, comme l’écrivent les poètes, que de voir le mensonge et la bêtise, masquer l’élan des peuples.

Rassurons-nous, tout cela n’est que provisoire.

Ce qui doit nous unir est plus important, on dira même vital, que ce qui actuellement nous divise et comme le temps joue pour nous, on sera, inchaa Allah, bientôt fixés et confortés.

D’ici là, hélas, que de générations et d’occasions perdues. Des pertes dont les opportunistes et les va-t’en-guerre font leur miel.

Mais cela est une autre histoire.

La bonne idée du coach Belmadi

L’Algérie est championne d’Afrique en titre du football. Le coach national Belmadi a choisi de battre le fer encore chaud. Ayant le vent en poupe depuis son triomphe au Caire (CAN 2019), celui que la presse vomissait quelques jours seulement avant la compétition, a décidé d’en profiter pour aller plus loin, beaucoup plus loin.

Quelques jours avant le tirage des éliminatoires pour la coupe du monde 2022 (Qatar), il a déclaré: «On ne doit pas se contenter de nous qualifier, c’est là un objectif normal pour l’Algérie. On va au Mondial pour l’emporter ».

Et pourquoi pas ? Il faut être ambitieux dans la vie.

C’est là une vraie bonne idée. Et on vous expliquera pourquoi, la semaine prochaine. Inchaa Allah.

 
Article précédent

Vidéo. CGEM : Assemblée Générale Ordinaire Élective

Article suivant

Basket: Kobe Bryant est mort dans un accident d'hélicoptère