Politique

Algérie : Vers l’affrontement

Le président du Parlement accède à la magistrature suprême pour trois mois, le peuple refuse, l’impasse est totale.


En application de l’article 102 de la Constitution algérienne, le Parlement a désigné son président pour succéder à Bouteflika et préparer les élections. Dès que l’annonce a été faite, spontanément des dizaines de milliers de manifestants ont envahi les rues d’Alger.

Bensalah est rejeté par le peuple parce qu’il symbolise le système et ce, depuis des décennies. Son nom figurait sur toutes les banderoles depuis le début des manifestations. Sa nomination est perçue comme une provocation. Le mercredi, lendemain de cette nomination, une grève générale a paralysé le pays, annonçant un cycle qui, sans une issue politique portée par l’armée, ne peut qu’aboutir à un affrontement.

Lire la suite dans notre magazine Challenge, disponible dans les kiosques.

 
Article précédent

Spécial SIAM : Challenge présente ces startups tournées vers l'avenir

Article suivant

Bachir : La fin d’un despote