Industrie

Aluminium du Maroc planche sur un nouveau plan stratégique

Le groupe ajuste sa gouvernance aux standards internationaux et s’apprête à mettre en branle une nouvelle stratégie à l’horizon 2020. par R.A.


L’industriel poursuit la mise en place de sa nouvelle gouvernance. Ainsi, de nouvelles têtes viennent de faire leur entrée dans les différents comités de direction récemment mis en place. Ahmed Rahhou (actuel PDG de CIH Bank) devient administrateur indépendant d’Aluminium du Maroc, et Président du Comité Audit et gestion des risques. Il s’agit d’un comité qui sera composé de deux autres administrateurs et dont la mission sera notamment d’évaluer les risques significatifs de la société, d’examiner la politique de maîtrise de ces risques ainsi que des procédures retenues pour les prévenir. Un autre comité, celui chargé des nominations et rémunérations sera présidé par Mohammed Alami (actionnaire et administrateur du groupe). Il sera également épaulé par deux autres administrateurs. Un troisième comité, chargé de la stratégie et de l’investissement, a aussi été mis en place. Il sera présidé par Abdeslam El Alami (actionnaire et administrateur du groupe). Le rôle de cette instance est d’analyser les orientations stratégiques pour le développement de l’entreprise. L’entreprise va également se doter d’un règlement intérieur notamment pour son Conseil d’Administration. Ce document est en cours d’élaboration et devrait être validé avant la fin de cette année. Il va sans dire que cette reconfiguration de la gouvernance signe un nouveau départ pour le groupe familial, après les diverses péripéties de ces derniers mois. Et le nouveau PDG, Jawad Sqalli, nommé il y a quelques mois, place un grand espoir dans ce nouveau départ. « Aluminium du Maroc n’est plus une société familiale même si la famille El Alami a encore une participation importante. La nouvelle orientation est une volonté de l’actionnaire-fondateur», affirme Jawad Sqalli. «Aujourd’hui, gouverner une entreprise est devenu plus qu’un art, un véritable métier. On ne peut plus s’improviser administrateurs de société. En tant que société cotée en bourse, Aluminium du Maroc essaie, autant soit peu, d’appliquer les directives qui régissent ce genre de sociétés et de tendre vers une gouvernance conforme aux standards internationaux», précise-t-il.

Le secteur automobile dans le viseur
Pour accompagner cette nouvelle orientation, le top management planche d’ores et déjà sur un nouveau plan stratégique. Celui-ci couvrira la période 2017-2020, et vise à permettre au groupe industriel d’explorer de nouveaux horizons. Deux axes principaux constituent l’ossature de cette nouvelle stratégie qui sera mise en place. D’une part, le groupe entend développer son métier de gammiste, et d’autre part, renforcer son développement sur l’export aussi bien en Afrique qu’en France. Mais, ce n’est pas tout. Selon Jawad Sqalli, la nouvelle stratégie va également permettre au groupe d’investir dans une nouvelle niche. En effet, Aluminium du Maroc lorgne le secteur automobile. La présence du Groupe Renault et l’implantation de son compatriote Peugeot à Kénitra d’ici 2019, suscitent l’appétit du groupe. «L’automobile constitue une niche intéressante pour nous, et nous la regardons de près. Nous avons encore 15% à 20% de capacité non exploitée. Cela va nous laisser deux à trois années de réflexion avant de faire de gros investissements. Donc, nous n’allons pas attaquer ce secteur dans la précipitation », détaille le PDG. Notons que le groupe pourrait aussi délaisser certains produits à faible marge, pour se concentrer sur ceux qui ont une très forte valeur ajoutée. «Il y a un effort de marketing à faire pour déterminer les produits à forte marge qu’on serait amené à faire. Et, nos directeurs de départements travaillent d’ores et déjà sur le nouveau plan stratégique qui nous permettra de mettre les choses en place», conclut Jawad Sqalli.

 
Article précédent

Challenge 575

Article suivant

xDrive, le 4x4 selon BMW