Portrait

Amine Khayatei, PDG de Kwiks : un jeune entrepreneur aux grandes ambitions

Jeune et dynamique, Amine Khayatei aime les challenges. Kwiks, la startup qu’il a créée en 2014 connait un succès fulgurant. Mais, le jeune entrepreneur ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.


Kwiks, c’est l’histoire d’un jeune marocain ambitieux qui aime les défis. Il aurait pu se contenter de mener une carrière tranquille dans de grandes entreprises à Paris, mais sa passion pour l’entrepreneuriat et les nouvelles technologies en ont décidé autrement. Aujourd’hui, Amine Khayatei est à la tête de sa propre entreprise Kwiks, qu’il a créée il y a quatre ans. Il s’agit d’une startup qui apporte aux entreprises une solution immédiate à la recherche, l’identification, l’évaluation et la sélection de CV de candidats pour leur éviter de perdre du temps, de se concentrer sur leur métier. « Notre capacité à apporter la réponse précise à des exigences déterminées, de par un dispositif rôdé et des compétences établies, nous permet d’offrir à nos clients la solution de qualité, alliant sourcing qualifié et délai exceptionnel. Ainsi, nous nous positionnons en partenaire de déblocage du maillon nodal qui accélère une démarche de recrutement », précise Amine Khayatei. Aujourd’hui, sa startup travaille avec plusieurs grands groupes et entreprises de la place. Une satisfaction et une fierté pour le jeune patron de 34 ans. Porté par ce succès, Amine Khayatei voit grand pour la suite. « Mon ambition aujourd’hui est de faire de Kwiks un acteur majeur du sourcing et du recrutement. J’ambitionne aussi de répliquer ce modèle dans plusieurs pays africains, car cela est un modèle créateur d’emplois », explique-t-il. « D’ailleurs, j’ai été approché, lors d’une conférence en Afrique du Sud au mois de mai dernier, où j’étais invité pour parler de Kwiks et d’innovation, par plusieurs ministres de pays africains, comme le Kenya, le Gabon et d’autres, pour appliquer ce modèle chez eux », poursuit-il.

Des ambitions à l’international

Kwiks entend s’imposer sur le marché local comme un acteur clé de la transformation digitale et de l’innovation au Maroc. Pour ce faire, Amine Khayatei se mobilise. Avec Maltem Africa (filiale du groupe Maltem), opérant dans le domaine de la transformation digitale, et dont il est le business partner, le jeune startupeur est sur la bonne voie. «Nous sommes, avec l’aide de tous les collaborateurs, qui sont aujourd’hui une trentaine de personnes, en train de devenir un acteur majeur du marché marocain et très vite africain. Le recrutement et le sourcing sont un secteur qui a besoin d’énormément d’innovations et  de transformations », estime celui qui se définit comme un vrai combattant et un créateur. Né à Casablanca le 9 mars 1984, il y a effectué  toute sa scolarité au sein du groupe scolaire Anfa (M’Hamed Bennis). Il décroche son BAC en 2002 et décide d’aller continuer ses études supérieures en France. Il entame alors son cursus à Bordeaux. Après une Licence MIAS à l’université de cette ville, il opte ensuite pour un Master 2 MIAGE, et décroche son diplôme d’ingénieur SI en 2008.  «J’ai pu faire un stage de fin d’étude à Paris chez SAP, qui m’a permis de lancer ma carrière », raconte Amine Khayatei. « Ayant toujours cru que les rencontres étaient importantes. J’ai fait la rencontre d’un manager au sein du groupe Alten, qui m’a convaincu  de le rejoindre dans son équipe. La crise arrivait assez vite en France, et j’ai su tirer mon épingle du jeu en convaincant certains clients de travailler avec moi plutôt que des séniors, vu mon coût beaucoup moins important. Puis j’ai eu l’opportunité d’une mission pour un grand groupe français de la téléphonie de l’époque, Alcatel, où je m’occupais d’un grand chantier d’implémentation d’un ERP. J’ai pu voyager en Roumanie, en Hongrie, au Qatar, à Dubaï et au Maroc pour des missions. Dans chaque pays, c’étaient des missions de 4 à 6 semaines. Ce que j’ai appris en un an, m’a permis de mieux orienter ma carrière », ajoute-t-il.

Enfance à Casablanca

Toujours avide de challenges, Amine Khayatei se lance, après cette expérience, dans une nouvelle aventure. Il effectue alors une première mission en tant que consultant pour une grande institution bancaire, en l’occurrence Société Générale. Il décide ensuite d’orienter sa carrière dans une direction. « J’avais décidé à ce moment là de m’orienter vers un rôle plus commercial », se rappelle-t-il. Toutes ces expériences accumulées lui ont permis de se rendre compte combien de fois une entreprise peut perdre du temps dans un processus de recrutement. Il y voit une opportunité. « Je me suis dit qu’il était temps que je devienne mon propre patron.  Alors avec toutes les expériences que j’avais acquises, j’avais beaucoup d’idées d’entrepreneuriat en tête. J’ai donc choisi de démarrer par Kwiks », précise Amine Khayatei. C’est alors qu’il rentre au bercail pour lancer ses projets. De son enfance à Casablanca, il garde de beaux souvenirs. Ses après-midis au Club olympique Casablancais où il pratiquait le tennis. « C’est là où j’ai tenu mes premières raquettes de tennis dès le plus jeune âge et j’ai appris à avoir l’esprit combatif », conclut le jeune patron.

Bio Express

1984 : Naissance à Casablanca
2002 : Obtention du BAC
2008 : Début de carrière professionnelle à Paris
2014 : Création de Kwiks

 

 

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

La médiation bancaire peine à décoller

Article suivant

La première école aéronautique multidisciplinaire au Maroc ouvre ses portes