Société

André Azoulay : « la voie est désormais ouverte à un partenariat de la nouvelle génération »

La Région de Béni Mellal-Khénifra, l’Académie Régionale de l’Education et de la Formation, l’Association Essaouira-Mogador et le Centre de Recherches sur le Droit Hébraïque au Maroc ont scellé le samedi 20 mars à Béni Mellal une convention de partenariat. Le Conseiller de SM le Roi et Président-Fondateur de l’Association Essaouira-Mogador, André Azoulay a mis en relief « le caractère pionnier et exemplaire de ce partenariat de la nouvelle génération pour la nouvelle marche marocaine de l’école de la diversité.


Pour André Azoulay, « d’Essaouira à Béni Mellal et de Béni Mellal aux autres Régions du Maroc, la voie est désormais ouverte à un partenariat de la nouvelle génération pour ancrer et partager avec le plus grand nombre les enseignements et la centralité de nos diversités culturelles, spirituelles et mémorielles ». Le Conseiller de SM le Roi et Président-Fondateur de l’Association Essaouira-Mogador, qui s’exprimait le samedi 20 février à Beni Mellal à l’occasion de la signature d’une convention scellant un partenariat inédit entre la Région de Béni Mellal-Khénifra, l’Académie Régionale de l’Education et de la Formation, l’Association Essaouira-Mogador et le Centre de Recherches sur le Droit Hébraïque au Maroc,  a mis en exergue « le caractère pionnier et exemplaire de cette convention qui associe pour le même objectif les élus, le ministère de l’Education Nationale et la société civile ».  A ses yeux, il s’agit d’un véritable tournant qui donne corps et réalité au Momentum historique que vit le Maroc qui a choisi de reconnaître, enseigner et promouvoir la profondeur et la légitimité de nos histoires additionnées et de nos mémoires mêlées.

Lire aussi|L’Edelweiss du Souss : à Agadir, avec Sofia, le golf vient, peut-être, de trouver sa fleur rare

Et de rappeler l’exceptionnel impact national, régional et international de la présence historique et emblématique de SM le Roi à Bayt Dakira le jour de son inauguration, le 15 janvier 2020 à Essaouira.  « C’est dans la même perspective et la même dynamique incarnées et portées par SM le Roi qu’il faut contextualiser l’initiative pionnière et visionnaire de notre Souverain avec la mise en place des curricula scolaires qui enseignent l’histoire du Judaïsme Marocain qui a désormais sa place dans notre système éducatif », a-t-il ajouté.

André Azoulay a également rappelé que depuis le début du mois de février, plus d’une centaine de Clubs du Dialogue et de la Coexistence ont été créés à Essaouira et que c’est la même dynamique qui prend son élan aujourd’hui à Béni Mellal.  « Il nous revient maintenant de prendre la juste mesure de cet engagement volontariste, enthousiaste et citoyen de nos lycéens et collégiens pour cette nouvelle marche marocaine saluée tout autour de nous », a-t-il recommandé.

Pour lui, « l’École marocaine de l’art de vivre-ensemble trouve toute sa force, son éclat et sa profondeur alors que fleurissent ailleurs le repli, la culture du déni et l’archaïsme de la fracture ». 

Lire aussi|Médiateur du Royaume : les recommandations phares du dernier rapport

 
Article précédent

L’Edelweiss du Souss : à Agadir, avec Sofia, le golf vient, peut-être, de trouver sa fleur rare

Article suivant

Évolution du coronavirus au Maroc : 207 nouveaux cas, 481.155 au total, dimanche 21 février 2021 à 18 heures