Aménagement urbain

Anfa Park, le nouveau souffle de Casablanca

L’Agence d’Urbanisation et de Développement d’Anfa (AUDA), filiale du Groupe CDG, annonce l’ouverture au public, le mercredi 11 mars 2020, de la première phase d’Anfa Park, le nouveau parc urbain de Casablanca.


Situé au cœur du pôle urbain Casa Anfa, Anfa Park donnera un nouveau souffle à Casablanca. Etalé sur une superficie totale de 50 hectares, ce nouvel espace verdoyant sera ouvert gratuitement au public, du lundi au dimanche, de 6h à 20h. Une première phase de 18 hectares propose une série d’équipements de détente et de loisirs : aires de jeux pour enfants, promenades végétalisées, skatepark, circuit de jogging, équipements sportifs, salle d’exposition, restaurants et café.

Driss Essaouabi , Directeur Général Délégué, AUDA

Casa Anfa se veut être un projet urbain novateur. Sur les 350 hectares de superficie foncière globale, 100 hectares sont réservés à l’aménagement d’espaces verts, dont 50 hectares à celui d’Anfa Park. Cet espace répond ainsi aux standards internationaux avec un ratio espaces verts par habitant d’environ 10m2, pour 100.000 habitants prévus.

Anfa Park dispose de promenades végétalisées, de vastes espaces verts y sont insérés : jardins, boisement et pelouse arborée. Les jardins se démarquent par une empreinte paysagère singulière qui s’étend sur 4 ha de surfaces végétalisées. Ils offrent un panorama de végétation variée et dense, constituée de nombreux massifs floraux et de plus de 150.000 arbustes de différentes espèces.

Ce parc urbain se veut également un lieu d’attraction pour les enfants où tout a été pensé pour accompagner les familles. Au nombre de quatre, les aires de jeux à thèmes apportent à Anfa Park un aspect ludique et sont destinées aux enfants de différentes tranches d’âge à partir de 3 ans.

En outre, Anfa Park est également équipé d’une fontaine sèche musicale sur 700 m² qui présente ainsi une chorégraphie orchestrée au gré de 74 jets d’eau, de brumisation, de musique et de jeux de lumière. Un canal d’eau est aménagé sur 400 mètres le long du parc.

Afin de garantir une gestion rationnelle et optimale, le parc dispose d’une infrastructure permettant de centraliser l’ensemble des thématiques relevant notamment de l’arrosage des espaces verts, la sécurité par vidéo-protection et anti-intrusion, la gestion de l’éclairage, la télémétrie, les différentes solutions capteurs installés, la télédistribution, la sonorisation, l’affichage dynamique et la fontainerie. Les visiteurs peuvent visiter le parc en toute sécurité. Le gardiennage et la surveillance d’Anfa Park sont assurés, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, par une équipe permanente d’agents de sécurité et d’opérateurs de vidéo surveillance.

La totalité de la première phase d’Anfa Park sera couverte par un réseau Wifi gratuit à destination des visiteurs. Des bancs de recharge pour Smartphones alimentés par l’énergie solaire sont également disponibles et gratuits, ainsi que des bornes interactives sont prévues pour dynamiser l’accueil des visiteurs et donner des indications d’orientation et des informations sur la vie du parc.

Pour l’histoire, Anfa Park est conçu autour de la piste d’atterrissage de l’ancien aéroport Casa-Anfa, l’une des toutes premières bases aériennes du continent. A l’endroit de la piste de l’ancien aéroport construit dans les années 1910, des engravures sur des plaques au sol rythment l’étendue de la promenade sur lesquelles figurent les principaux événements qui ont marqué l’histoire de l’aviation.

L’Agence d’Urbanisation et de Développement d’Anfa, le maître d‘ouvrage général du projet et garant de sa bonne réalisation, a pour mission l‘urbanisation du site de l‘ancien aéroport d‘Anfa, pour y développer une nouvelle centralité de la ville de Casablanca. A ce titre, elle est en charge de l‘apurement du foncier, de la viabilisation du site, de l‘aménagement des espaces publics et du pilotage des opérations de développement.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Coronavirus : Un 6è cas confirmé au Maroc

Article suivant

Cour constitutionnelle : quatre membres nommés