Auto

Application mobile : Gokidok mise sur le transport scolaire

Proposer aux parents d’élèves de la région de Rabat-Salé-Témara une application mobile à même de gérer le transport scolaire ou privé de leurs progénitures, tel est le concept que vient de mettre sur pied Gokidok. Un opérateur national qui nourrit de sérieuses ambitions de développement à travers le Royaume, voire l’Afrique francophone.


Un service tout public de voiture à la demande qui permet de disposer d’un chauffeur privé grâce à une application fonctionnant sur iPhone et Android, tel est le créneau sur lequel se sont greffés avec succès plusieurs opérateurs dans le Royaume. Appliquer la même recette à une cible spécifique, en l’occurrence celle des enfants et des adolescents, c’est le créneau que souhaite investir Gokidok.

«Notre application est destinée dans un premier temps au transport scolaire, mais aussi au transport extra-scolaire pour les enfants», nous précise Achraf Zelmat, patron de Gokidok. Il ajoute : «Le but de cette application consiste à mettre à la disposition d’un client un chauffeur privé à même d’emmener les enfants à l’école, au sport ou chez la famille». Un transport 100% digitalisé qui table sur de nouveaux atouts pour séduire sa clientèle, au rang desquels une diminution du temps de trajet et une meilleure sécurité des écoliers transportés qui, en plus du chauffeur, seront accompagnés par un adulte désigné par les parents. Cela dit, véhiculer des enfants requiert un respect précis des règles édictées dans le Code de la route, notamment l’interdiction faite à un enfant de moins de 10 ans d’occuper les sièges avant du véhicule.

«Nous accueillons des enfants à partir du cours préparatoire. La présence d’un adulte est d’ailleurs obligatoire dans le cas d’un trajet», souligne Achraf Zelmat. Et d’achever son propos : «En revanche, pour les collégiens et lycéens, cet accompagnement est facultatif».

La sécurité en point d’orgue

Les utilisateurs ont également la possibilité de planifier, via l’application Gokidok, plusieurs trajets sur une semaine, voire sur le mois complet. Aussi, ils peuvent modifier une course déjà planifiée, par exemple dans le cas où l’enfant ne peut pas se rendre à l’école, ou si son emploi du temps est changé. Côté tarifs, l’opérateur proposera un forfait aller-retour.

«Nous le positionnons de telle sorte qu’il soit attractif financièrement comparé à ce que propose un transporteur classique. Par ailleurs, nous y incluons beaucoup plus de services à l’intérieur dont la flexibilité, la sécurité et gain de temps» indique Zelmat.

S’agissant des chauffeurs, ils seront rémunérés en fonction du nombre de kilomètres qu’ils effectueront. L’opérateur précise que toutes les dispositions ont été prises pour ces mêmes chauffeurs qui doivent justifier d’un  casier judiciaire vierge, qu’ils soient bien entendu assurés et que leurs véhicules répondent aux normes de sécurité en vigueur, ou de contrôle technique. Une convention a d’ailleurs été signée avec Saham assurance. Il va sans dire que le volet sécuritaire reste bien entendu le point d’orgue de Gokidok, l’image de marque de l’opérateur et la pérennité de son business s’y retrouvent étroitement liées.

«Nous sommes vraiment sur un produit qui n’existe pas sur le marché. Techniquement, il a fallu investir financièrement afin de concevoir une telle application», ajoute le patron de Gokidok. Et de poursuivre : «La grosse difficulté est de gérer tant la demande que la planification, pour plusieurs personnes en même temps. Mais nous y sommes parvenus». Pour autant, les ambitions de cette toute jeune société ne vont pas se circonscrire à l’axe Rabat, Salé, Temara. Si le succès est au rendez-vous, Gokidok entend tisser sa toile à travers le Royaume et lorgnerait des marchés en Afrique francophone. 

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Mahdi Jalat, directeur RH de Decathlon Maroc : « La certification Meilleurs employeurs au Maroc représente pour nous une fierté »

Article suivant

Le prix de référence cible du blé rendu moulin fixé à 280 DH le quintal