Eau

Approvisionnement en eau potable et d’irrigation : Ce qu’il faut retenir de la Convention cadre

La signature de la convention cadre du Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation s’étalant sur la période 2020-2027, lors d’une cérémonie présidée le 13 janvier par SM le Roi Mohammed VI au Palais Royal de Rabat, marque un pas décisif. Voici les points clés à retenir de cette convention cadre.


Cette feuille de route entend mobiliser des investissements de l’ordre de 115,4 milliards de DH. Soulignons que les mesures prévues dans ce programme sont axées sur la consolidation et la diversification des sources d’approvisionnement en eau potable, et visent, entre autres, à accompagner la demande en eau potable, et garantir la sécurité hydrique et lutter contre les effets des changements climatiques.

Lire aussi: Le Maroc est parmi les 27 pays où la menace de pénurie est élevée

– Il sera financé à hauteur de 60% par le Budget général de l’Etat et 39% par les acteurs concernés, particulièrement l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), le reste dans le cadre du partenariat public-privé.

– Cette convention définit les conditions et modalités d’exécution et de financement de ce programme qui vise la consolidation et la diversification des sources d’approvisionnement en eau potable, l’accompagnement de la demande pour cette ressource vitale, la garantie de la sécurité hydrique et la lutte contre les effets des changements climatiques.

– Il s’agit de l’amélioration de l’offre hydrique notamment par la construction de barrages (61 milliards de DH), de la gestion de la demande et la valorisation de l’eau notamment dans le secteur agricole (25,1 milliards de DH), du renforcement de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural (26,9 milliards de DH), de la réutilisation des eaux usées traitées dans l’irrigation des espaces verts (2,3 milliards de DH) et de la communication et la sensibilisation en vue de renforcer la conscience liée à l’importance de la préservation des ressources en eau et la rationalisation de son utilisation (50 millions de DH).

– Le suivi de l’exécution du programme sera assuré par un comité de pilotage présidé par le Chef du gouvernement et composé des ministres de l’Intérieur, de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration, de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, de l’Énergie, des mines et de l’environnement, ainsi que du directeur général de l’Office national de l’Electricité et de l’Eau Potable.

– Cette opération sera également assurée par une commission technique présidée par le ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, ainsi que par des commissions régionales présidées par les walis.

 
Article précédent

« Ach Waqe3 » : l’actualité décryptée par Jamal Berraoui

Article suivant

«Car Of The Year Morocco 2020» : l’étau se resserre !