Pandémie

Après une vaccination ou une infection, voici votre degré de protection face à la covid-19

De nombreuses études s’accordent à dire : après une vaccination ou une infection à la covid-19, on a moins de chances de développer des symptômes ou de tomber gravement malade de covid-19. Mais qu’est-ce que cela signifie exactement, et quel type de protection ont ceux qui sont dans l’un de ces deux cas ? Une infection au virus offre-t-elle une immunité suffisante ? 


Voyons ce que des études ont révélé par rapport à ces interrogations.

-Le degré d’immunité après une première dose de vaccin

Avec la plupart des vaccins, le pic de production des anticorps n’est atteint qu’un peu plus d’une douzaine de jours après la seconde injection. D’après une étude israélienne publiée dans le New England Journal of Medicine (NEJM)et portant sur deux groupes comprenant chacun près de 600 000 personnes, l’un ayant reçu le vaccin de Pfizer/BioNTech et l’autre n’ayant pas été vacciné, le vaccin permettrait ainsi, entre le 14e et le 20e jour suivant la première injection, d’être protégé à 46% d’une infection, et à 60% entre le 21e et le 27e jour.

De quoi suggérer que l’efficacité augmente au fil du temps. Ces résultats sont corroborés par les recherches de l’agence sanitaire canadienne Santé publique d’Ontario, publiées en mars, qui ont montré que l’efficacité des autres vaccins est d’environ 60% à 80% trois à quatre semaines après l’administration d’une dose unique de vaccin Pfizer, Moderna ou AstraZeneca. A en croire encore cette agence sanitaire canadienne rapport, cette efficacité augmente à plus de 85% après une deuxième dose. 

-Le degré d’immunité après une seconde dose de vaccin 

Au Maroc, le Comité technique de vaccination a approuvé plusieurs vaccins mais pour l’heure, deux, ceux du chinois Sinopharm et du britannique AstraZeneca, sont, pour l’heure, administrés à la population. Ces deux vaccins nécessitent deux injections pour offrir un degré d’immunité optimal. La seconde dose vise à renforcer les anticorps produits par l’organisme après la première injection, donc à prolonger la durée de la réponse immunitaire. 

Lire aussi| Covid-19 : un hybride des variants anglais et indien découvert au Vietnam

Une étude publiée mercredi 26 mai dans une revue médicale, la JAMA Network Open, éditée par l’Association médicale américaine, confirme l’efficacité des deux vaccins Sinopharm développés à Pékin (utilisé au Maroc) et Wuhan. Leur taux d’efficacité, qui dépasse les 70%, est largement conforme aux exigences fixées par l’Organisation mondiale de la santé. A noter que dans un communiqué, en décembre dernier, Sinopharm a fait état d’un taux d’efficacité de 79,43% pour son produit mis au point par le laboratoire CNBG à Pékin.  

Pour le vaccin d’AstraZeneca, les résultats d’une étude conduite par le laboratoire britannique et révélés en mars montrent que l’efficacité atteint 79% après deux doses contre les formes symptomatiques du Covid-19. 

-Le niveau de risque d’être réinfecté après avoir contracté le virus 

Le risque de contracter le virus deux fois est d’environ 97 % inférieur, par rapport à ceux qui n’ont jamais eu la Covid-19, selon une étude du centre hospitalier universitaire de Strasbourg, qui estime à 13 mois la durée de vie des anticorps dans l’organisme.

-Le degré d’immunité face aux variants 

Des chercheurs de l’Institut Pasteur, en collaboration avec le CHU de Strasbourg ont réalisé des expériences sur les organismes ayant déjà été contaminés par le virus en mettant en contact leurs anticorps avec le virus sauvage (originel, non muté), le variant identifié en Angleterre (B.1.1.7) et le variant découvert en Afrique du Sud (B.1.351). Ils ont constaté que les anticorps étaient efficaces contre le virus dans sa forme originelle et contre le B.1.1.7, mais pas assez contre le B.1.351.

Par ailleurs, en ce qui concerne les personnes ayant déjà reçu une injection de n’importe quel vaccin, la quantité d’anticorps dans le sang augmente suffisamment pour protéger l’organisme contre ces deux variants. Cette assertion an été confirmée le 20 mai dernier par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a annoncé que les vaccins élaborés par les laboratoires pour lutter contre la Covid-19 étaient aussi efficaces face à « tous les variants » du virus.

Lire aussi| Mostafa Terrab, PDG de l’OCP :«nos plans de développement en cours et nos futurs investissements sont inscrits dans un développement vert»

 
Article précédent

Covid-19 : un hybride des variants anglais et indien découvert au Vietnam

Article suivant

Gunter Pauli, promoteur de «l’Economie Bleue» et auteur du livre «Modèle Maroc» : «Il faut mobiliser et non immobiliser !»