Faits divers

Assassinat du député Abdellatif Merdas : un suspect arrêté

Une équipe conjointe composée d’éléments de la Brigade Nationale de la Police Judiciaire, du service préfectoral de la police judiciaire de Casablanca et de la brigade de la police judiciaire du district d’Aïn Chok à Casablanca, a procédé, mercredi 08 mars 2017, à l’arrestation d’un individu de 27 ans, ayant des antécédents judiciaires, soupçonné de lien présumé avec un homicide volontaire par une arme à feu qui a coûté la vie au député parlementaire de la circonscription de Ben Ahmed, Abdellatif Merdas.


La Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) indique que les services de la préfecture de police de Casablanca ont constaté mardi 07 mars 2017 vers 22H00 le corps inanimé d’un député parlementaire de la circonscription de Ben Ahmed, à l’intérieur de sa voiture personnelle devant son domicile, après avoir reçu trois coups de feu tirés d’un fusil de chasse qui étaient la cause directe de sa mort. La DGSN précise que les premiers témoignages recueillis sur la scène de crime font état d’une voiture privée de couleur noire qui rodait autour du domicile de la victime, avant que ses passagers ne tirent trois coups de feu en sa direction et prennent la fuite vers une destination inconnue.

Les investigations et les enquêtes préliminaires, soutenues par l’expertise technique, ont permis de recueillir des preuves matérielles de l’implication présumée d’un individu originaire de la ville de Ben Ahmed dans ce crime eu égard au fait qu’il avait menacé la victime pour des différends personnels à caractère privé, ce qui a nécessité l’envoi d’une équipe sécuritaire conjointe à son domicile à Ben Ahmed et son arrestation.

Les perquisitions menées dans le domicile du mis en cause ont donné lieu à la saisie de deux armes de chasse et des cartouches semblables à celles utilisées dans cet homicide. Elles ont été transférées au laboratoire de la police technique et scientifique afin de les soumettre à une expertise balistique pour savoir s’il s’agit de celles utilisées dans cet acte criminel. Les recherches et les investigations dans cette affaire se poursuivent sous la supervision du parquet compétent pour déterminer toutes les conditions et les circonstances de ce crime et ses véritables motifs, conclut la DGSN.

 
Article précédent

Des hommes d’affaires canadiens recherchent des partenariats au Maroc

Article suivant

Le canadien CGI ouvre un nouveau centre d’excellence à Fès