Fiscalité

Assises de la fiscalité : le coup de gueule de Zouhair Chorfi

Les 3èmes Assises de la fiscalité, qui se sont déroulées du 3 au 4 mai à Skhirat, ont été l’occasion pour plusieurs corps de métier d’exiger diverses mesures et présenter des revendications à l’administration fiscale. Mais elles ont été aussi l’occasion de plusieurs coups de gueule ayant surtout servi à remettre les pendules à l’heure à bien des égards. C’est le cas de l’intervention de Zouhair Chorfi, secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, qui réagissait suite aux propos d’un représentant du syndicat des cliniques privées, lors d’un panel tenu le 4 mai.


« Il est venu le moment de nous dire les choses avec responsabilité, d’arrêter de dire une chose et de faire son contraire, et surtout de commencer à avoir un peu d’humilité et une dose d’autocritique. Certaines interventions que j’ai entendues m’ont choqué. Tout est social. Je ne veux pas attaquer une profession, mais aujourd’hui, les données sont connues profession par profession. Nous ne sommes pas dans des minorations des valeurs de 10% ou de 20%. Personne n’aime payer l’impôt. Que les gens minorent leur déclaration de revenus de 20%, ce n’est pas grave, mais qu’ils les minorent de 90%, là, j’ai un problème », a-t-il fustigé.

« Nous ne sommes pas là aujourd’hui pour seulement dire qu’il faut modifier des textes de loi. Non. Nous sommes là pour changer de posture, changer de comportement. C’est notre attitude, au quotidien, collectivement qui doit changer. Quand je vais dans une clinique et qu’on me dit qu’on n’accepte pas le chèque, mais qu’est-ce que cela veut dire ? Il faut que ça cesse ! La corruption, ça suffit ! Le noir, ça suffit ! Nous voulons construire notre pays ! Ce n’est pas que des individus, c’est aussi le rôle des associations, des ordres. La moralisation de la vie publique n’est pas que l’affaire de l’Etat. A quoi sert un ordre ? A quoi sert une association si elle ne peut pas rappeler à l’ordre ses adhérents en cas de manquement ? Chacun doit faire l’effort nécessaire de balayer devant sa porte », conclut-il.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Assises de la fiscalité : Voici les principales recommandations

Article suivant

Glovo renforce sa croissance au Maroc et dans le monde