Entreprises & Marchés

Assurance : la reprise

 


Résultats semestriels. La Fédération Marocaine des Sociétés d’Assurances et de Réassurances-FMSAR- vient de rendre publics les chiffres relatifs aux primes émises du secteur des assurances au titre du 1er semestre 2014. Le chiffre d’affaires s’est inscrit en progression soutenue, portée notamment par la branche d’assurances vie et capitalisation. par A.A.

Le montant du CA réalisé par le marché Marocain de l’assurance, au titre du 1er semestre 2014, s’est élevé à 15 791 ,4 MDH en progression de 6,6% par rapport à la même période de l’exercice 2013. L’évolution reste assez significative à celle relevée au cours de l’exercice précédent qui était à peine de 3,1%. Elle s’explique par la croissance exceptionnelle des assurances vie et capitalisation qui est passée d’une régression du CA de -2,2%, en 2013, à une amélioration de presque 12%, en 2014. Ce bon taux confirme le dynamisme des entreprises d’assurances malgré le contexte économique morose qui a prévalu durant cette période caractérisée par de faibles évolutions du PIB. Le ratio total des primes émises par rapport au PIB confirme ce bon comportement avec un taux de pénétration de l’assurance, au Maroc, de plus de 3%. De ce fait, le Maroc occupe le 53ème rang au niveau mondial et il conserve la 3ème place au niveau du monde Arabe après les Emirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite. Comme le montre le tableau ci-dessus, notre marché reste dominé par les assurances non vie ; ces activités maintiennent leur supériorité dans le portefeuille du secteur avec un taux de 70%, soit un CA de 11 075,9 MDH sur un total de 15 791, 9 MDH. Dans ce cadre, dans les assurances non vie, l’assurance automobile occupe la part du lion qui, avec un CA de 5202 MDH, représente 50% des affaires réalisées dans cette branche d’activité. Cette prépondérance semble se conforter d’une année sur l’autre, dans la mesure où ce taux s’est maintenu presque au même niveau au courant des trois dernières années. Par ailleurs, contrairement à l’année précédente, et à l’exception de l’assurance incendie dont le CA est ressorti avec un léger recul de -0,9%, l’ensemble des autres catégories non vie ont enregistré, pendant le 1er semestre 2014, des évolutions positives atteignant parfois presque 10%, comme c’est le cas pour la catégorie Assistance-Crédit-Caution. Ainsi, pendant cette période, les assurances non vie se sont inscrites, dans l’ensemble, en amélioration sans tassement ou recul significatif. S’agissant de la branche non vie et capitalisation, le montant des affaires réalisées est de 4596,6 MDH ce qui représente 29,1% du volume global du CA du marché. La croissance reste ainsi supérieure de 13,9 points par rapport à celle enregistrée à la même période de l’exercice 2013. Dans cette évolution, la progression la plus importante est enregistrée par la catégorie « contrats à capital variable » dont le CA a crû 312,9%. Toutefois en volumes, les assurances individuelles et de groupe dominent dans cette branche, puisque avec respectivement un total de 2504,3 et 1108,7 MDH, elles représentent 54,5% et 24,1% des primes émises par le marché en assurances vie et capitalisation. Malgré le caractère conjoncturel de ces chiffres, il semble évident cependant que les produits d’épargne méritent d’être encouragés, car ils répondent à des attentes et à des besoins de protection et de préservation contre les aléas de la vie, ainsi que contre la réduction ou l’absence de revenus dans le futur. Enfin, au niveau du classement général des entreprises d’assurances par rapport au volume des primes émises, aucun changement notable n’a été enregistré au courant du 1er semestre 2014 par rapport à l’exercice précédent puisque quatre compagnies, Wafa Assurance, RMA-Wataya, Axa Assurance Maroc et Saham Assurance, continuent à drainer la grosse part du marché avec 63,7% du total du CA global du marché et ce, comme le montre le tableau ci-contre. 

 

 

 

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Elle fait l'actu : Laïla Mamou, présidente du directoire de Wafasalaf

Article suivant

L’application mobile des Editions de la Gazette dans le top 10 MENA