Assurances

Atlanta : La finance participative et l’Afrique subsaharienne dans le viseur

La compagnie d’assurance, Atlanta, veut se lancer dans la finance participative et se développer sur le marché subsaharien. Toutefois,  la compagnie ne prévoit aucune fusion avec Sanad. C’est qui ressort des déclarations de Mohamed Hassan Bensalah lors de la conférence de présentations des résultats semestriels tenue le 29 septembre 2015.
 
Mohamed Hassan Bensalah, PDG du groupe Atlanta


En effet, la compagnie d’Assurance Atlanta veut se lancer dans la finance participative. « C’est un sujet que nous étudions. Nous allons mettre en place l’assurance Takaful » déclare M. Hassan Bensalah. C’est une ambition que la compagnie d’assurance partage avec son partenaire CIH Bank. En effet, la banque s’apprête à lancer une filiale dédiée à la banque islamique.
 
Pour rappel, CIH bank a finalisé l’opération d’acquisition de 10% dans le capital d’Atlanta. « Il s’agit d’une prise de participation croisée qui reflète la volonté des deux sociétés de développer ensemble la bancassurance » avance M. Hassan Bensalah.
 
La compagnie d’assurance Atlanta cherche, également, à se développer en Afrique subsaharienne. «  Nous sommes entrain d’étudier un nombre de possibilités pour s’implanter dans le contient » avance M. Hassan Bensalah. Et d’ajouter : « La volonté existe mais c’est difficile de démarrer vu que les spécificités du marché subsaharien ne ressemblent pas à celles du marché marocain ».
 
Par ailleurs, Atlanta ne prévoit aucune fusion avec la filiale Sanad. « Atlanta et Sanad demeurent deux compagnies  qui surperforment le marché soit séparées soit regroupés. Pour alors la fusion ? », s’interroge M. Hassan Bensalah. En effet, la synergie entre les deux compagnies existe déjà puisqu’elles sont des services généraux et des activités comme l’actuariat et la réassurance en commun.
 
Une bonne performance semestrielle
 
Pour les résultats semestriels, la compagnie d’assurance Atlanta a réalisé, à fin juin 2015, un chiffre d’affaires consolidé de  plus de 2 milliards de DH en hausse de 6,6% par rapport à la même période de l’année précédente. Cette croissance s’explique par les progressions de la branche Vie de 14,3% et de 5,6% pour la branche Non Vie.
 
Ainsi, la filiale du Groupe Holmarcom détient désormais une part de marché de 6,2%. Par segment, cette part est de 7,8% pour la « Non Vie » et 2,4% pour la « Vie ».
 
En ligne avec cette performance opérationnelle, le résultat net consolidé ressort à 131 millions de DH avec une progression de 9,2%. En social, le résultat net affiche une hausse de 37,1% à 122 millions de DH. «  Des réalisations qui restent largement supérieures à celles des du marché », précise M. Hassan Bensalah.
Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

TGV : Des chiffres qui donnent le tournis

Article suivant

Le Bad Buzz d’Ikea Maroc décortiqué par Tribal DDB.