Actualités

Au-delà d’un concours équestre La Garde Royale, gardienne des nobles valeurs du pays

Celles et ceux qui ont eu la bonne idée de se rendre aux carrières de la Garde Royale où était organisé le concours officiel de saut d’obstacles, n’auront pas regretté leur choix.
Choix difficile s’il en est, car en ce week-end du 20 au 22 mai, les sollicitations étaient nombreuses, variées et toutes aussi tentantes les unes que les autres.  par K.L


Rien que pour le côté sportif, il y avait bien sûr le foot et sa fin de saison palpitante, avec des matchs passionnants que la SNRT de Fayçal Lahraichi a retransmis en intégralité, et en direct à la même heure (gageure réussie !) pour satisfaire la fièvre des supporters qui se comptent par centaines de milliers.
Mais il y avait aussi du Karaté, et du Karaté de haut de gamme, avec la Coupe internationale Mohammed VI et la participation d’une trentaine de nations, et des combats exceptionnels où le Maroc s’est illustré (16 médailles dont 3 en or). A un degré moindre, mais tout aussi attrayant, la boxe s’est mise au diapason avec les championnats arabes juniors où nos boxeurs se sont régalés (10 médailles, 5 d’or, 4 d’argent et une de bronze).
Mais le grand tapage, la grosse « com » médiatique c’était le Meeting d’athlétisme, promu en Diamond League (top du top mondial) et pour lequel Ahizoune a mobilisé toutes ses forces et réseaux et on sait qu’ils sont considérables.
Pourtant, au milieu de tout cela, un évènement, le concours de saut d’obstacles de la garde Royale, a su se trouver une place sans tapages et sans « haraje »
De tout temps, l’Armée a été qualifiée de «Grande Muette », la pub n’est ni son fort, ni son rôle, mais dieu quelle efficacité et quel savoir-faire.
Déjà, la Garde Royale est tout un mythe, un symbole qui fleurit et se fructifie, à l’ombre des murailles historiques du Mechouar et des magnifiques jacarandas qui embellissent le site et que l’on voit de très loin, lorsqu’on arrive par la bien nommée Avenue de la Victoire.
Là, sous les ordres du général de Division Mimoun Mansouri, cavaliers et cavalières développent l’une des plus belles et des plus exigeantes disciplines du sport équestre.
L’équitation se glorifie avec le saut d’obstacles où le cavalier et le cheval ne font plus qu’un pour une épreuve qui doit se dérouler tout en technique, concentration et maîtrise.
La moindre défaillance est immédiatement sanctionnée par une perte de points qui vous coûte le podium.
Et la Garde Royale n’a lésiné sur rien, le concours s’est étalé sur trois jours avec des épreuves qui ont tenu en haleine, du vendredi 9 heures du matin au dimanche après midi, une foule considérable, élégante et attentionnée tout autant que les cavaliers fringants et séduisants dans leurs uniformes chatoyants.
Qui n’a pas vécu, en direct, ces compétitions où l’homme et sa plus belle conquête se conjuguent en un seul effort, n’a pas vu grand-chose de ce qui se fait de mieux dans le sport.
Les trophées, les courses, les prix se sont enchaînés trois jours durant, jusqu’au final, présidé comme il se doit, par SAR le Prince Moulay El Hassan qui a applaudi, apprécié, encouragé tous les champions. Une magnifique photo souvenir a immortalisé l’évènement.
Ce week-end, loin des foules déchainées entre Mawazine, foot et autres rendez-vous, la Garde Royale a cultivé ce qu’elle sait faire le mieux, la sauvegarde et l’anoblissement des valeurs du Royaume.
Un Royaume où le cheval occupe une place historique. Un Royaume où l’Armée dans toutes ses composantes, glorifie les valeurs du pays.
La Garde Royale, une école d’abnégation, un modèle de réussite, et une vitrine pour toute une jeunesse qui dimanche dernier, par sa présence et ses applaudissements a montré qu’elle adhérait, respectait et assurerait la relève.

Le capitaine Outenrhrine remporte le GP SM le Roi Mohammed VI

La Garde Royale organise chaque année, sous le Haut patronage de S.M le Roi, son concours officiel de saut d’obstacles classé 3 étoiles.
Ce rendez-vous incontournable des sports équestres nationaux a connu cette année la participation de 216 cavaliers et 368 montures de différentes catégories relevant de l’ensemble des clubs nationaux affiliés à la Fédération Royale Marocaine des Sports Equestres.
Pour permettre le déroulement fluide des quinze épreuves programmées, la Garde Royale a réalisé une deuxième carrière en sable Toubin-clément aux normes internationales. Elle constitue ainsi avec la traditionnelle carrière gazonnée Hassan II un véritable complexe dédié aux amoureux du cheval. En soutien à cette structure, un ensemble de commodités est offert aux invités de l’unité. Plus de 360 boxes sont aménagés pour héberger les chevaux des participants. Deux carrières de détente et une troisième pour le travail à la longe sont préparées et entretenues pour offrir le maximum de sécurité et de confort. Une clinique vétérinaire avec trois médecins est aussi mobilisée pour intervenir autant pour les pathologies ordinaires, qu’en cas d’urgence avec un bloc opératoire et des moyens d’évacuation. Pour le soutien sanitaire des cavaliers, le service médical de l’unité a mobilisé trois médecins et trois ambulances médicalisées pour se porter au chevet des éventuels blessés.
Heureusement, cette compétition n’a connu aucun accident sérieux nécessitant une intervention médicale si ce n’étaient les quelques chutes dues plus au stress des chevaux et des cavaliers, qu’à une quelconque influence de l’environnement du concours.
En récompense de ces efforts, l’affluence des spectateurs pendant les trois jours, particulièrement lors du grand prix présidé par SAR le Prince héritier Moulay El Hassan, a été massive et témoigne de l’intérêt des marocains pour ce noble sport ancré dans les traditions nationales.
Le grand Prix de S.M le Roi Mohammed VI a été reçu des mains de SAR le Prince héritier Moulay El Hassan par le capitaine Abdelfattah Outenrhine qui a surclassé le lieutenant colonel Zakaria Boubouh arrivé deuxième à l’issue de l’épreuve du barrage.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

CDS : un exercice sous le signe des relations Maroc-Espagne

Article suivant

Le français Derichebourg étend ses tentacules