Automobile

Audi Q2 : la version restylée débute sa carrière au Maroc

Profitant d’un restylage de mi-carrière pour rafraîchir son style et l’harmoniser avec les autres modèles de la marque, l’Audi Q2 repart à l’assaut du segment des petits SUV chics et branchés.


Visuellement, il conserve la silhouette sportive et allongée de son prédécesseur. Excepté que sa signature lumineuse est nouvelle avec, de série, un éclairage à LED ; idem pour le bouclier avant qui a été subtilement redessiné. L’habitacle reçoit de très subtiles améliorations à l’instar du pommeau du levier de vitesses, du levier de sélecteur de la S Tronic, qui font peau neuve.

A noter que la bande décorative du tableau de bord et les repose-genoux de la console centrale sont dotés d’un rétroéclairage élégant. Le volume du coffre demeure inchangé, cubant 405 litres et pouvant flirter avec les 1050 litres lorsque la banquette arrière est rabattue. Un hayon de coffre à ouverture automatique est disponible en option.

Lire aussi | L’Espagne inquiète du développement agricole au Sahara marocain

Sous le capot de ce Q2 restylé, on retrouve au choix deux motorisations diesel 30 TDI ou 35 TDI. Le premier nommé, qui délivre 116 chevaux, se voit animé par une boîte de vitesses manuelle à six rapports. Le 35 TDI affiche 150 chevaux de puissance et se voit associé à une boite de vitesses automatique «S-Tronic» à sept rapports. Un petit SUV premium qui mise sur son agilité en ville et qui ne rechigne à abattre du kilomètre sur route et sur autoroute.

Le Q2 dispose de série d’une direction progressive, d’une suspension avec contrôle d’amortissement, ce qui augmente la portée entre le confort et le dynamisme. À noter qu’avec 15 centimètres de garde au sol, l’Audi Q2 se montre à l’aise hors des sentiers battus et peut compter sur sa commande de stabilisation ESC qui intègre un mode tout-terrain. Un petit SUV premium dont la grille tarifaire débute à partir de 315 000 DH.   

Lire aussi | Maroc. Les listes A et B mises à jour au moins deux fois par mois

 
Article précédent

Patriotisme, cyberespace et guerre de l'information

Article suivant

Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde