Auto

Abderrahim Bachiri: « Les résultats financiers du groupe Auto Hall sont bons »

Auto Hall vient fraîchement de dévoiler ses résultats semestriels à fin juin 2019. L’importateur et distributeur multimarques peut se prévaloir de plusieurs facteurs favorables qui ont contribué à de bons résultats, malgré un marché automobile dans le creux de la vague. C’est ce que nous explique à travers cet entretien Abderrahim Bachiri, directeur administratif et financier de Auto Hall. 


Challenge : Quelle lecture faites-vous à ce jour des résultats financiers et commerciaux du Groupe Auto Hall pour ce premier semestre de l’année ?    

Abderrahim Bachiri :Au niveau des comptes qui seront publiés sous peu, nous affichons un bilan semestriel en progression par rapport à celui de l’année dernière. En effet, le résultat net consolidé du Groupe a été porté à 77 millions de DH. En réalité, ce chiffre aurait plus être supérieur d’environ 17% par rapport aux résultats de l’année dernière, mais nous avons enregistré quelques éléments non courants, notamment des vérifications fiscales, ou encore la contribution à la cohésion sociale qui ont pesé dans le résultat net.  

Challenge : Pour autant, le marché automobile des véhicules neufs à fin août est en baisse d’environ 10,4 % par rapport à la même période de l’année dernière. Auto Hall dispose d’une très large palette de véhicules automobiles et autres engins industriels. Quels sont justement les segments qui vous ont permis de tirer votre épingle du jeu ? 

Effectivement, les résultats financiers du Groupe sont bons malgré un contexte commercial où les marchés ont été orientés à la baisse. C’est le cas du segment des véhicules particuliers, segment dans lequel nous avons légèrement baissé à 8%. En revanche, la part de marché globale des marques Ford, Opel, Mitsubishi et DFSK dans le segment des véhicules utilitaires légers est de 37%, contre 33% l’année précédente. Par ailleurs dans le segment du véhicule industriel, le Groupe affiche 43% de parts de marché à fin juillet 2019, contre 41% à la même période en 2018, et ce, grâce aux bonnes performances commerciales de Fuso, leader du marché, et de Ford Trucks. Le segment du tracteur agricole quant à lui affiche une part de marché de 18% contre 16% à pareille époque l’année dernière, notamment grâce à la marque New Holland.

Dans le panel de marques de véhicules particuliers dont dispose Auto Hall, Opel se distingue favorablement sur le plan commercial. Pouvez-vous nous en dire plus ?  

Tout à fait, Opel surfe sur un trend haussier. C’est d’ailleurs la première année où la marque opère pratiquement seule avec un exercice commercial plein et entier. Nous comptons écouler à fin 2019 quelque 5000 véhicules, soit un peu plus du double de l’année dernière où la performance était de 2 000 véhicules. À fin août, nous sommes clairement sur la bonne voie avec une très bonne progression de la marque. D’ailleurs, cela nous a permis d’obtenir le prix du meilleur importateur Opel à l’international, un prix que nous allons recevoir en mains propres de la part du constructeur dans les semaines à venir. 

Les ambitions du Groupe Auto Hall ne s’arrêtent pas en si bon chemin puisque plusieurs ouvertures de showrooms ont été programmées dans le Royaume. Vous confirmez ? 

Absolument.  Comme vous le savez, un des piliers de notre développement stratégique n’est autre que l’extension du réseau. Ce dernier a encore progressé cette année. Nous avons achevé récemment la construction de deux nouvelles succursales, l’une à Beni Mellal et l’autre à Taroudant. Aussi, deux autres projets sont en cours de lancement dans les régions de Rabat, de Khouribga et d’Agadir. 

La confiance est donc de mise pour le Groupe d’ici la fin de l’année ? 

Les projections et autres éléments tangibles dont nous disposons aujourd’hui nous permettent d’être confiants pour nos résultats à fin 2019. Rendez-vous est donc pris en début d’année prochaine pour vous en parler.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Driss Jettou, lanceur d’alerte ou justicier ?

Article suivant

BMCE Bank crée un nouvel incubateur pour les jeunes entrepreneurs