Auto

Automobile: Le maroc devient un peu plus japonais !

Le spécialiste japonais des faisceaux électriques, Yazaki, prévoit de construire une troisième unité de production dans la ville de Meknès. Les ambitions de Yazaki Maroc ne s’arrêtent pas à ce niveau puisqu’il y a d’autres projets à l’étude.



Y
azaki Maroc réitère sa confiance dans le Maroc en initiant un nouvel investissement. Après Tanger et Kénitra, c’est la ville de Meknès qui abritera  la troisième unité du géant japonais spécialisé dans la fabrication de câbles électriques. L’annonce faite à quelques jours de la tenue des Assises de l’industrie  conforte la décision du Royaume de placer le secteur de l’industrie automobile comme un des piliers du plan Emergence. Cette nouvelle unité de production, qui se fera sur une superficie de six hectares, nécessitera une enveloppe budgétaire de 20 millions d’euros, soit près de  220 millions de dirhams. La production est totalement adressée au constructeur Renault.

D’ailleurs, il ne devrait pas attendre  trop longtemps avant de réceptionner les premières livraisons puisque l’équipe Yazaki Maroc veille à ce que les choses se fassent dans les  plus brefs délais. «Nous avons commencé par louer un local provisoire pour entamer le processus de recrutement et de formation»,  explique Redouane Kharibach, directeur général de Yazaki Maroc. Et d’ajouter, «en parallèle, nous lancerons les travaux de construction de  l’usine entre août et octobre prochains». Mais Yazaki Maroc n’attendra pas la fin des travaux de construction de son usine pour lancer sa production. Selon le top management, le local provisoire servira aussi pour la phase des prototypes. Une phase qui démarrera théoriquement en avril  prochain, pour qu’en juin le processus de production réel soit effectif. 

Des Japonais créateurs d’emplois

L’usine démarrera avec 2500 personnes, mais ambitionne  d’embaucher entre 3500 et 4000 personnes quand celle-ci atteindra la vitesse supérieure.  D’ailleurs, c’est le cas des usines de Tanger et Kénitra qui tournent actuellement avec respectivement 3600 et 3200 personnes. Avec cette  troisième unité, Yazaki Maroc deviendra alors un des plus importants employeurs privés au Maroc avec un effectif total avoisinant les 10.000  employés, emboitant ainsi le pas à son compatriote Sumitomo. Ce dernier, avec ses 15 712 salariés, est devenu le premier employeur étranger  du Maroc à travers ses trois filiales (Sews-Cabind Maroc, Sews Maroc et AWSM) et 6 usines.

Ce spécialiste nippon du câblage compte développer  deux nouvelles usines à moyen et long termes. Résultat : avec ce nouvel investissement de Yazaki, le Royaume devient un peu plus japonais  ! Il faut dire que l’usine de Meknès permettra à Yazaki Maroc de porter son chiffre d’affaires annuel de 250 millions d’euros soit environ  2,75 milliards de dirhams à 350 millions d’euros, l’équivalent de 3,85 milliards de dirhams. Les ambitions de la filiale marocaine du  groupe japonais est loin de s’arrêter à ce niveau. En effet, à l’heure où les travaux de sa troisième usine n’ont pas encore effectivement  démarré, l’industriel songe à une quatrième usine. «Nous avons plusieurs projets qui sont en phase d’étude», le top management ne nous  dira pas plus, «tant que rien n’est définitif, cela reste confidentiel». Ce qui est sûr, c’est que le Maroc représente une réelle opportunité et  occupe une place importante dans la stratégie du groupe japonais qui, en deux ans seulement, a investi pas moins de 45 millions d’euros,  l’équivalent de 495 millions de dirhams.■

 
Article précédent

Label'Vie va investir 1.7 Mrd de DH d'ici 2015

Article suivant

Sommaire Challenge #412