Auto

Automobile: Sopriam met les bouchées doubles

Faire évoluer son organisation interne, développer son réseau de vente de voitures neuves, booster la gamme des véhicules Peugeot et Citroën, tels sont quelques-uns des axes principaux du schéma de développement de Sopriam pour cette nouvelle année 2013. L’objectif étant de poursuivre favorablement sa croissance.
 


Environ 18.000 véhicules badgés Peugeot et Citroën écoulés à fin 2012 dans le Royaume contre 17.000 unités à fin 2011, tel est le bilan  commercial de Sopriam, importateur attitré des marques Peugeot et Citroën dans le Royaume. «Un bilan  que je qualifie de satisfaisant. Nous affichons une croissance légèrement inférieure à 5%,, précise Loïc Morin, le pdg  de Sopriam. De façon plus détaillée, Peugeot a favorablement tiré son épingle du jeu, trustant la troisième place du  podium s’agissant des véhicules  particuliers importés. «À notre grande satisfaction, Peugeot  maintient son leadership sur ce segment, et ce, pour la troisième année consécutive», souligne Hassan Bouattache,  directeur de la marque. Dans le détail, Peugeot a écoulé 11.500 véhicules, une croissance à mettre au crédit  de l’incontournable 206+ qui a totalisé 4.000 ventes à fin 2012.

Un véhicule dont la production a cessé en Europe  et qui pourrait être remplacée par la 207+. Le New Partner tout comme la 308 et le Bipper ont également contribué  à la bonne performance d’ensemble de la marque dans le Royaume. Toujours est-il que la disparition du catalogue de  Peugeot Partner et de son ho- mologue le Citroën Berlingo se fait sentir dans le volumede vente global de Sopriam.  

Citroën sur un trend haussier 

Le bilan semble lui aussi satisfaisant du côté de la marque aux chevrons dont les ventes  sont passées de 5.700 unités à fin 2011 à 6.200 véhicules écoulés, soit une croissance de 7%. Dans le détail, les  C3, C4 et Nemo ont contribué à la bonne performance d’ensemble de la marque, tout comme le New Berlingo  qui se veut l’un des modèles les plus vendus de la gamme. 

Par ailleurs, la gamme DS qui s’articule autour de la DS3,  la DS4 et la DS5 a suscité l’intérêt de la clientèle. «C’est rassurant pour nous de constater que l’ensemble des modèles  de Citroën nous ont tirés vers le haut», renchérit Loïc Morin. Et d’ajouter : «notre croissance devrait encore progresser avec  un modèle comme la C-Elysée». Cette dernière, lancée en fin  d’année 2012, tout comme la Peugeot 301, devront contribuer  à booster le volume de vente global de Sopriam. «On a écoulé plus de 700 véhicules au cours des mois de novembre  et décembre, ce que je considère comme un démarrage très encourageant. Je pense que  nous parviendrons à en écouler environ 6.000 durant 2013», ajoute sur ce chapitre Loïc Morin. À noter que d’autres  nouveautés comme la 208 ne sont pas à négliger, une citadine qui a eu à pâtir de la concurrence sur ce segment.  Qu’à cela ne tienne, le staff de Peugeot Maroc a d’ores et déjà revu à la baisse les tarifs de la 208.

 L’organisation du  réseau interne ciblée 

Trois critères constituent principalement la pierre angulaire du développement  de Sopriam à l’horizon de cette année 2013. Selon Loïc Morin, le premier d’entre eux concernerait l’organisation  interne : «nous avons encore des efforts à faire tant au niveau de la vente au sein de nos entreprises que des structures  de commerces dans lesquels nous essayerons de structurer au mieux nos services». Par ailleurs, la poursuite du  développement du réseau et notamment le volet du service après-vente qui constitue pour cet opérateur  un point déterminant. «Nous enregistrons à ce niveau un taux de satisfaction client très appréciable sur l’ensemble  de notre réseau de l’ordre de 95%», tient à préciser le pdg de Sopriam. Enfin, l’ouverture de nouvelles plateformes  dédiées aux marques devrait se poursuivre tout au long de l’année en cours, notamment à Aïn Sebaa, Salé, Mohammedia  et Tanger où l’inauguration d’un site spécialement dédié au service après-vente interviendra en fin d’année. «Deux nouveaux concessionnaires Peugeot viennent d’être nommés récemment, l’un à El Jadida et l’autre à Er Rachida et nous sommes en train d’étudier d’éventuelles implantations sur d’autres villes où nous sommes absents pour l’instant», conclut Loïc  Morin. ■

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Emy Capital, exportatateur de technologie marocaine

Article suivant

Liberté d'expression: Mais qui veut museler internet ?