AvicultureFlash-eco

Les professionnels réclament un délai de paiement spécifique au secteur avicole

Les professionnels du secteur avicole, réunis au sein de la FISA (Fédération Interprofessionnelle du Secteur Avicole) ont tenu une séance de travail avec le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, le 10 avril dernier à Casablanca, pour faire le point sur les avancées des différents chantiers lancés. Ainsi, cette réunion a permis de faire l’examen des mesures à mettre en œuvre pour surmonter les difficultés rencontrées par les opérateurs et identifier les leviers de croissance pour lever certaines entraves à la modernisation et à la mise à niveau du secteur.


Aussi, la FISA a-t-elle présenté les réalisations accomplies en matière de formation au Zoopole à Ain Jemaâ en faveur des étudiants, des professionnels du secteur ainsi que des formations dispensées aux cadres et techniciens de pays d’Afrique subsaharienne dans le cadre de la coopération Sud-Sud. Lors cette séance de travail, l’ensemble des représentants de la chaine de valeur avicole ont notamment insisté sur la stricte application des dispositions de la loi 49-99, sur l’amélioration des conditions de transport des volailles vivantes qui doit être réalisé dans des cageots métalliques ou en plastique et sur la nécessité d’assainir les circuits de commercialisation et de distribution des viandes de volailles (Ryachates).

Pour sa part, Aziz Akhannouch a demandé à la profession de collaborer étroitement avec l’ONSSA en vue de mettre en place un système permettant le contrôle de l’utilisation de ces fientes depuis la ferme jusqu’au destinataire final, et ce, dans le but d’assurer une stricte traçabilité de la commercialisation des fientes de volailles. Dans ce sens, la fédération va lancer une large campagne de sensibilisation auprès des éleveurs pour les appeler à adhérer à ces dispositions. Les professionnels ont aussi demandé à la tutelle de procéder à la mise en place d’un délai de paiement spécifique au secteur avicole au regard de la loi 49-15. Par ailleurs, les discussions approfondies continuent d’être menées par la FISA et les représentants de la MAMDA pour la mise en place d’une assurance avicole, couvrant les pertes liées aux risques aviaires. Le produit devrait d’ailleurs être mis en place au courant de ce trimestre.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Le français Engie acquiert Eras Maghreb & Africa

Article suivant

Conservation foncière : la superficie immatriculée en hausse de près de 50 %