Interview

«Nous avons des projets qui vont voir bientôt le jour»

Karim El Khayati a récemment pris les commandes du groupe néerlandais, Philips, pour la région Maghreb, Afrique de l’Ouest et Centrale. Il revient sur ses priorités et ses ambitions sur le marché marocain


Challenge : Vous avez récemment pris les commandes de Philips Lighting au Maghreb et en Afrique de l’Ouest et Centrale. Alors quelles sont vos ambitions au Maroc étant donné que vos bureaux sont basés à Casablanca ? Quelles sont vos priorités à la tête du GIMAS ?
Karim El Khayati: Philips Lighting veut continuer d’être leader dans la région, et tirer le marché vers le haut. Parmi nos priorités figure l’économie d’énergie, qui représente quelque chose d’important pour nous. Nous voulons offrir une expérience d’éclairage bénéfique au consommateur. Mais pour y arriver, nous devons éduquer et sensibiliser le consommateur sur le fait qu’il y a des technologies qui permettent d’avoir un gain substantiel en termes d’économie d’énergie. Sur le marché marocain, nous disposons de systèmes LED connectés, capables d’offrir jusqu’à 90% d’économie d’énergie. En tant que leader, nous avons le devoir d’éduquer le marché dans ce sens, parce que l’énergie est une affaire qui nous concerne tous. Philips Lighting ambitionne de démocratiser ce genre de technologies, afin de casser toutes les barrières et offrir des solutions réussies.

En matière d’éclairage, vous avez l’administration marocaine dans votre ligne de mire. Alors où en êtes-vous sur ce plan ?
Le Maroc s’inscrit, aujourd’hui, dans une démarche d’économie d’énergie. Et la COP 22 organisée à Marrakech en est une parfaite illustration. Cela veut dire que nous n’avons plus besoin d’aller éduquer l’administration par rapport à l’économie d’énergie, puisqu’elle est déjà consciente du potentiel, et certaines réflexions sont en cours au sein même de l’administration. Cependant, nous sommes en contact de manière régulière. Le pont Mohammed VI est une bonne illustration en ce qui concerne nos projets concrétisés dans ce sens. Et bien sûr, il y a d’autres projets qui vont voir le jour bientôt.

Le groupe Philips a mis en place Philips Lighting Capital pour aider au financement et au montage financier de certains grands projets. Comment le Maroc peut-il tirer profit de ce fonds ?
Philips Lighting Capital est une institution financière interne, qui agit au niveau mondial. C’est une entité dédiée aux projets dans lesquels le groupe Philips est impliqué. Son objectif est de travailler sur un certain nombre de dossiers et de fédérer les autres institutions financières autour d’elle pour financer des projets de grande envergure. Au Maroc, Philips Lighting Capital n’a pas encore participé au financement d’un projet. Mais nous y travaillons avec l’objectif de pouvoir ramener cette nouvelle force de frappe au niveau local pour pouvoir financer tous les gros projets qui visent l’amélioration de l’éclairage et une économie d’énergie. C’est à nous ici au niveau local, d’identifier les projets à fort potentiel qui rentrent dans la logique d’investissement de Philips Lighting Capital.

Avec vos solutions d’économie d’énergie, vous souhaitez également séduire le secteur privé, notamment les groupes industriels. Où en êtes-vous sur ce volet ?
Nous sommes déjà en discussion avec certains groupes. Nous travaillons actuellement avec certains opérateurs de la place sur des projets extrêmement ambitieux. Ce qui veut dire que la demande est là, parce que les groupes industriels veulent s’orienter vers ce qui se fait de mieux au niveau mondial en matière d’éclairage.

 
Article précédent

Il fait l'actu : Badre Kanouni, président du directoire d’Al Omrane

Article suivant

MARRIOTT s’installe à Taghazout