Literie

B group cherche à s’implanter au Nigeria

Le groupe Berrada étend sa toile en Afrique.


En effet, après la Côte d’Ivoire où il a massivement investi au cours des dernières années que ce soit à travers Palmeraie Développement (son Pôle Immobilier et Touristique) ou Palmindus (le Pôle industriel du groupe), c’est vers l’Afrique anglophone que le groupe fondé par Abdelali Berrada Sounni il y a plus de 40 ans se tourne, désormais, pour consolider sa stratégie africaine. Aussi, Palmindus serait en lice pour la reprise de l’entreprise Mouka, le leader au Nigeria de la fabrication de matelas à base de mousse. Le vendeur de cette cible n’est autre que le gestionnaire de fonds d’investissement Abraaj qui en avait acquis le contrôle en 2015 auprès de la famille fondatrice Moukarim.

À travers cette opération, le B group (nom de la holding principale du groupe) cherche à prendre une position dominante en Afrique de l’Ouest en tant qu’industriel de la literie après que sa nouvelle filiale ivoirienne (Uni Confort Côte d’Ivoire Dolidol) entrée en service en début 2017 se soit rapidement hissée au rang de numéro deux sur son marché domestique grâce à un investissement de 125 millions de DH dans une unité de dernière génération ayant une capacité journalière de 1 500 matelas. Il semblerait donc que les limiers de B group aient privilégié, cette fois-ci, l’option de la croissance externe dans un pays de plus de 200 millions habitants (le plus peuplé d’Afrique) et où la croissance du marché de la literie est des plus vigoureuses. Mais selon des sources proches du dossier, l’investisseur marocain garde aussi dans ses plans de déploiement la création d’une filiale ex-nihilo au cas où les discussions avec l’actionnaire majoritaire de Mouka n’aboutiraient pas à un accord mutuellement acceptable.

Rappelons que le fleuron industriel du groupe Berrada au Maroc n’est autre que Dolidol qui fabrique des matelas à ressort depuis 1973 et revendique une position de challenger au coude-à-coude avec le leader et éternel rival Richbond (apprtenant à la famille Tazi). A fin 2016, Dolidol a réalisé un chiffre d’affaires de 734 millions de dirhams pour un résultat d’exploitation de 71 millions de dirhams.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Il fait l’actu : Ali Sedrati, nouveau président de l’AMIP

Article suivant

Médiation bancaire : quelques adaptations réglementaires