Dossier

Bank Al-Maghrib : tout savoir sur une institution discrète

Dans quasiment tous les pays, les Banques centrales sont chargées d’émettre la monnaie et de veiller à la stabilité de l’ensemble du système monétaire et financier. Leur rôle est d’autant plus important que le monde est entré depuis quelques décennies dans la mondialisation. On n’a jamais autant parlé d’elles que depuis le déclenchement de la crise financière en 2007. Et pourtant, les Banques centrales demeurent mal connues du plus grand nombre. Bank Al-Maghrib n’échappe pas à cette règle. Quels rôles joue-t-elle? Dans quel contexte a-t-elle été instaurée ? Comment la Banque du Maroc assure-t-elle la stabilité financière et économique du Royaume ? Ses relations avec les banques ? Comment a-t-elle géré certains chocs et combien en a-t-elle évité au Royaume ? Qui sont ces gouverneurs qui ont incarné le gouvernement de la Banque centrale du Maroc ? Quid aujourd’hui de son état-major ? Grand coup de projecteur sur la Banque centrale marocaine qui est loin d’être pourtant une forteresse isolée du monde extérieur.


11 octobre 2019. Devant les membres des deux Chambres du Parlement à l’occasion de l’ouverture de la première session de la 4ème année législative de la 10-ème législature, le Roi Mohammed VI appelle dans un Discours, « le Gouvernement et Bank Al-Maghrib à œuvrer, en coordination avec le groupement professionnel des banques du Maroc, à la mise au point d’un programme spécial d’appui aux jeunes diplômés, de financement des projets d’auto-emploi ».

Il faut dire que le Souverain a tapé à la bonne porte. Acteur clé, la Banque centrale a, depuis sa création en 1959, toujours affirmé son poids dans la résolution des crises économiques et financières du pays. Autrement dit, son rôle dans la construction de l’économie nationale est inséparable de l’évolution financière marocaine dans son ensemble. Pas plus tard qu’en juillet dernier, l’institution analysait la situation de la croissance et de l’emploi comme une conséquence directe de « l’atonie de l’investissement privé ». Pour autant, Bank Al-Maghrib est méconnue du grand public. 

Pourtant, la Banque centrale marocaine n’est pas une tour d’ivoire coupée de son environnement. Elle n’est pas non plus, selon la formule qui a longtemps fait florès dans de nombreux pays, «un Etat dans l’Etat ». C’est d’abord une communauté humaine de près de 2500 agents dont plus d’un tiers sont des femmes. La moitié des agents est employée au siège social central de la banque. Ses services sont concentrés dans la capitale. Ils sont établis dans le bâtiment historique du cœur de la ville, édifié en 1930, à deux pas du Palais Royal et du Parlement. C’est là que siège le gouvernement de la Banque…

Lire la suite du dossier sur Bank Al-Maghrib dans votre magazine Challenge en vente dans tous les points de presse.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Cliniques privées : le groupe Akdital étoffe son réseau

Article suivant

PLF 2020 : de nouvelles indiscrétions