Banques

Les banques marocaines sur la mauvaise pente de la productivité

Si les banques marocaines ont presque toute tiré leur épingle du jeu en 2017 en matière de profitabilité avec des résultats nets ayant progressé chez la quasi-totalité d’entre elles à l’exception de BMCE Bank et du CIH qui ont plutôt fait du surplace (avec des bénéfices nets en stagnation respectivement à 2,8 milliards et 0,43 milliard de dirhams), il en va tout autrement en matière de la productivité. En effet, les principales institutions bancaires ont accusé une dégradation de leur coefficient d’exploitation (principal indicateur de productivité chez les banques) comme en témoigne le tableau ci-après. Aussi, en moyenne cet indicateur s’est-il hissé à 49,1% sur une base consolidée contre 47,5% un an auparavant. Cela veut dire que pour produire 100 dirhams de revenus (ou Produit Net Bancaire en jargon bancaire), les principales marocaines consomment en charges opérationnelles (salaires, amortissement des investissements, loyers, leasing, sous-traitance et autres charges diverses) près de la moitié. Et plus une banque est productive (c’est à dire son coefficient d’exploitation est faible), plus sa rentabilité est vraisemblablement meilleure car après les charges générales d’exploitation ne restent que le coût du risque (les provisions pour les créances difficiles à recouvrer ou définitivement perdues) et les charges exceptionnelles.


Et cette corrélation prévaut largement sur la base de l’échantillon ci-après puisque ce sont les meilleurs élèves en matière de productivité, en l’occurrence Attijariwafa bank et Banque Centrale Populaire sont également les meilleures en termes de retour sur fonds propres. D’ailleurs, le champion national de la banque et de l’assurance est le seul groupe qui a amélioré son coefficient d’exploitation en 2017 alors que tous ses concurrents ont vu les leurs se dégrader dont BMCE Bank qui n’a visiblement pas atteint son objectif de ramener ce ratio à moins que 50% (sur une base sociale, il est même de 58% soit le plus mauvais aussi de son benchmark) tel visé par son Plan Agility.

BANQUE MAROCAINE

 
Article précédent

L’espagnol Banco Popular quitte le Maroc

Article suivant

Introduction en bourse d’Immorente Invest : les détails de l’opération