Energie renouvelable

La BEI apporte 1,5 milliard de DH à Noor Atlas

Quasiment absente jusqu’alors du financement de l’électricité verte au Maroc, la Banque Européenne d’Investissement (BEI) vient de rectifier en tir en rejoignant les autres agences publiques de développement qui ont injecté, au cours des dernières années, plusieurs milliards de DH dans les multiples projets de production d’électricité à base des énergies renouvelables qui ont vu le jour un peu partout dans notre pays.


En effet, la banque basée au Luxembourg est en passe d’accorder la bagatelle de 135 millions d’euros (près de 1,5 milliard de dirhams) au projet Noor Atlas qui fait partie de la deuxième tranche du Programme Solaire Photovoltaïque (PSP). Un programme que l’ONEE (Office Nationale de l’Eau et de l’électricité) avait lancé en 2010 comme axe opérationnel majeur du Plan Solaire Marocain (PSM) qui vise à mettre en service, à horizon 2020, quelques 2000 MW à base d’énergie solaire (toutes technologies confondues). Le projet dont le pilotage est en cours de transfert chez MASEN (Moroccan Agency for Sustainable Energy) consiste en la réalisation de sept « petites » centrales photovoltaïques totalisant en capacité cumulée 200 MW et dont la mise en service est prévue pour 2019. Pour l’instant, et suite à un appel d’offres international, l’ONEE et MASEN sont en phase de sélection du développeur/exploitant qui devra investir quelques 300 millions d’euros (près de 3 milliards de DH). À noter que le PSP a démarré avec le projet Noor Tafilalet (120 MW), actuellement en cours de construction sur les sites d’Erfoud, Missour et Zagoura et ce avec le soutien de la Banque Mondiale qui y a apporté un prêt de 1,27 milliard de DH de la Banque mondiale.

Rappelons que la liste des bailleurs de fonds des différents projets marocains d’énergies renouvelables qu’ils aient été réalisés sous forme de contrats BOT (Build Own and Transfer) lancés par l’ONEE et/ou MASEN ou plutôt dans le cadre de la loi 13-09 (développements purement privés) compte plusieurs agences européennes ou internationales publiques telles la BAD (Banque Africaine du Développement), la KfW (banque allemande de développement), la BERD (Banque Européenne de Reconstruction), la SFI (filiale de la Banque Mondiale) ou encore le tandem français Proparco/AFD (Agence Française de Développement). Désormais, par la BEI en fait également partie.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Il fait l’actu : Abdelmouneim Madani, nouveau directeur de l’ANAPEC

Article suivant

L’OCP en prospection en Australie