IT

Le belge Orone cède sa filiale Fedaso Maroc

Après un processus qui a duré plusieurs mois, le groupe belge Orone franchit la première étape de son désengagement du Maroc.


En effet, ce spécialiste de la dématérialisation, à la fois éditeur et intégrateur informatique et opérateur de Business Process Outsourcing (BPO), vient de se départir de sa filiale la plus ancienne au Maroc à savoir Fedaso qu’il avait acquise en 2004. Pour l’instant rien ne filtre sur le montant de la transaction qui porte sur la totalité du capital de cet acteur nearshoring qui fait partie des premiers employeurs privés de la ville de Fès (où il compte son unique site) avec un effectif de plus de 500 salariés. Mais de sources proches du dossier, l’entité cédée est tombée dans l’escarcelle d’un groupe étranger qui cherche, pour sa part, à renforcer ses positions dans l’externalisation des métiers de back-office à partir de pays « low-cost ». Les autres filiales marocaines du groupe originaire d’Anderlecht (centre-ouest de la Belgique) à savoir Procheck (qui gère le process de dématérialisation de la compensation interbancaire des chèques pour le compte de plusieurs établissements de crédits marocains) et Sagma (qui opère dans la délégation de ressources et le traitement des bases de données pour compte de tiers) devront également changer de main au vu des discussions assez avancées avec un autre acheteur potentiel.

Ces opérations viendront ponctuer une première cession opérée, en 2016, par le groupe Orone que contrôle par la famille Poll et qui a touché les activités d’édition de solutions de dématérialisation portées par Orone France (auquel est rattachée l’entité Athic Maroc). Un désengagement qui avait marqué le repli du groupe sur les activités historiques de BPO dont le Maroc représente plus des trois quarts des effectifs (devant la France et la Belgique sur un total de 1 500 collaborateurs). Rappelons qu’à fin 2016, le chiffre d’affaires consolidé d’Orone a atteint 15 millions d’euros (plus de 165 millions de DH).

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Elle fait l’actu : Kenza Lahlou, Managing Partner de Outlierz Ventures

Article suivant

Les sukuks corporate arrivent