Politique

Benkirane se livre sur (presque) tout


La chaîne Médi1 TV a diffusé en direct hier, jeudi 29 octobre à 21h45, son émission mensuelle «90 minutes pour convaincre». Une édition spéciale avec, comme invité, Abdelilah Benkirane, Chef du Gouvernement et Secrétaire Général du PJD (Parti de la Justice et du Développement).

La chaîne a diffusé l’émission à partir de la résidence de la Primature. Quelques semaines après les élections du 4 septembre qui ont vu le PJD prendre la troisième place des élections communales et la tête du scrutin des Conseils régionaux, M. Benkirane, est revenu une nouvelle fois sous les projecteurs en abordant divers dossiers chauds qui nourrissent l’actualité en ce moment. Parmi les moments forts de cette sortie médiatique de 90 minutes, voici un bouquet de phrases choisies.

INCIDENT

L’incident est clos concernant l’échange avec Aziz Akhannouch sur la question du Fonds dédié au monde rural. Je dis clairement que le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime est l’un des membres du gouvernement avec qui j’ai les meilleurs rapports. Même dans les familles, des parents, des enfants, des frères et des sœurs ont leurs différends. C’est naturel et, pour ma part, j’ai oublié cet incident.

RETRAITE

On conduira la réforme de la retraite jusqu’au bout car c’est un projet essentiel pour le pays. On parlait un moment d’une proposition d’âge légal de départ à la retraite fixé à 65 ans, mais on est revenu à l’idée de 63 ans, et le débat est ouvert. J’ai l’intention de mener à terme ce chantier car nous avons la conviction que si rien n’est fait dans l’immédiat, l’année 2023 sera celle de la faillite du système des retraites au Maroc !

GESTION

A l’arrivée de notre parti aux affaires du gouvernement, le déficit était de 7,7%. Aujourd’hui, il est de 4,3% et nous comptons bien le faire baisser encore en 2016 et le stabiliser à 3,5%. Voilà le genre de choses qu’il faut retenir pour juger objectivement notre travail.

GOUVERNANCE

Le PJD n’est pas seul ou isolé sur la scène des affaires publiques, comme aiment à le dire certains esprits chagrins. Le PPS aussi nous rejoint sur beaucoup de réflexions importantes. L’USFP également partage certaines de nos idées. Même le Parti de l’Istiqlal, et quoi qu’on dise, se retrouve parfois dans nos thèses. Arrêtons donc de vouloir coûte que coûte cloisonner le PJD !

RELIGION

C’est vrai que nous sommes issus d’une mouvance ayant pour référentiel l’Islam. Mais cette mouvance se consacre à la religion. Notre parti est, en revanche, une formation politique qui fait de la politique et non pas de la daâwa. Le travail, la responsabilité et la mission du PJD sont donc de servir le Maroc et les Marocains dans le cadre d’un mandat politique bien clair.

ELECTIONS

Les modalités et les préparatifs des élections législatives prévues en 2016 se passent bien et nous sommes convaincus que nous gagnerons, une fois encore, la confiance de nos électeurs. Les Marocains nous ont fait confiance, ils continuent de le faire aujourd’hui et il en sera encore ainsi l’année prochaine. Sauf catastrophe nationale majeure, nous gagnerons encore inchaallah.

COMPENSATION

La compensation est un des dossiers où le gouvernement a réalisé un travail extrêmement important, au cours des dernières années. Les hydrocarbures ne sont plus soutenus, mais le sucre le sera un peu moins afin de réorienter le fruit des efforts vers les secteurs de la santé en milieu rural et vers le fonds social «Tamassouk». La farine aussi, à l’avenir, sera progressivement concernée par cet effort de décompensation.

GREVES

Concernant la grogne des étudiants et médecins internes en grève, c’est une affaire dont je ne comprends sincèrement pas les ressorts. Pourquoi cette grève ? Le ministre de la Santé a fait des propositions qui ont été acceptées dans leur esprit, mais ce sont des propositions. Donc, rien n’est encore acté de manière officielle. Dès lors, pourquoi une grève contre une réforme qui n’a pas encore d’existence réelle ? Les grévistes devraient faire très attention car il y a désormais un risque réel d’année blanche. Ce sera préjudiciable pour tout le monde, à commencer par les grévistes eux-mêmes.

AMENDIS

L’affaire Amendis est significative de la manière dont certains esprits chagrins fonctionnent. On veut évacuer Amendis ? Est-ce qu’on a les 3 ou 4 milliards de DH que la résiliation de son contrat coûtera aux caisses de l’Etat ? Traitons le dossier avec responsabilité et recul et arrêtons de faire des déclarations insensées qui mettent de l’huile sur le feu car elles incitent les populations dans le Nord à adopter un comportement anti-civique.

EGO

Je ne suis pas «un phénomène» comme on aime à le répéter, mais juste un homme ordinaire qui a ses particularités propres.

JENNIFER LOPEZ

L’épisode de Jennifer Lopez est une honte ! On n’aurait jamais dû permettre la diffusion de son concert à la télé publique.

HERITAGE

Driss El Yazami est un responsable à la tête d’un organisme important au Maroc, qui est le Conseil National des Droits de l’Homme. En proposant la révision des règles de la chariâ concernant l’héritage, il touche là un point fondamental et sensible de la religion. M. El Yazami voudrait donc qu’on mette de côté le Coran ainsi que notre référentiel religieux ?

 
Article précédent

Mohamed El Kettani : PDG du groupe Attijariwafa bank

Article suivant

Ca y est, c’est la fin des sacs en plastique au Maroc