Tribune et Débats

Bientôt 22 ans de règne : un Royaume érigé en puissance régionale [Par Mehdi Hijaouy]

« Quand la Chine s’éveillera ….. le monde tremblera » est le titre d’un livre d’Alain Peyrefitte (plusieurs fois ministre, sous les présidences de Charles de Gaulle, Georges Pompidou puis Valéry Giscard d’Estaing) qui est paru en 1973. Ce récit avait fait le buzz à l’international, pour la simple raison que son titre était très parlant, tout en relevant de l’imaginaire de l’époque. Pourtant, en ce XXIe siècle, ce pays asiatique est devenu une puissance incontestée, qui ne cesse, d’ailleurs, de stupéfier le monde, à travers ses prodigieuses avancées dans diverses industries de pointe. Ce qui s’appliquait, jadis, à la Chine l’est également -aujourd’hui- pour le Maroc.


Un Royaume qui, grâce à la vision éclairée et prodige de S.M. le Roi Mohammed VI, s’est fortement développé, de manière très remarquable, sur tous les plans, devenant ainsi une réelle et forte puissance régionale
émergente. Un vœu qui avait été fait par le Souverain, le jour même de son intronisation, lors de son Allocution prononcée à cette occasion, dont extrait ci-après : « Nous souhaitons que le Maroc, sous notre règne, aille de l’avant sur la voie du développement et de la modernité, et qu’il accède au troisième millénaire, doté d’une vision prospective, en parfaite cohabitation et en entente réciproque avec nos partenaires. » Ce vœu a été exaucé, attesté par une fulgurante avancée du Royaume chérifien à tous les niveaux, particulièrement, politique, économique, sécuritaire, social, sanitaire, environnemental, culturel, sportif, digital et diplomatique.

Face à un tel exploit, bon nombre de pays n’arrivent toujours pas à y croire ou, carrément, refusent d’y croire, par simple jalousie ou encore par pur complexe d’infériorité à un Maroc émergent. Malheureusement pour ceux qui se retrouvent dans le déni absolu, le Maroc -malgré très peu de ressources- a accompli, sous la supervision et la conduite éclairée de S.M. le Roi Mohammed VI, de merveilleuses réalisations, reconnues et applaudies par les analystes les plus érudits, de tous bords. Avec, notamment, le plus grand port d’Afrique (Tanger Med), la première ligne feroviaire arabo-africaine à grande vitesse Casablanca-Tanger, l’importante extension de l’aéroport Mohammed V de Casablanca, le Royaume enregistre également de grandes réalisations urbanistiques. De grands studios d’architecture, qui rivalisent d’audace.

Lire aussi | Marhaba 2021 : l’exclusion fait perdre 500 millions d’euros aux entreprises espagnoles

Un Royaume majestueusement gouverné

S.M.le Roi Mohammed VI manage impeccablement le Royaume et le conduit sur la voie de la modernité et d’un libéralisme économique assumé. Commandeur des croyants, crédible, courtois, intelligent, stratège, loyal, tolérant, accueillant, conciliateur, réconciliateur, bâtisseur, écolo, ré-unificateur, diplomate et doté d’une sagesse exemplaire, le monarque a réussi à édifier, en l’espace d’un peu plus de deux décennies, un Royaume fort, dont sa voix s’entend au-delà de ses frontières. En tant que Père de la Nation, le Souverain prend toujours au grand sérieux son travail, pour servir, avec dévouement et loyalisme, les intérêts du peuple marocain,. Aussi et pour sauver le Royaume de crises politiques aiguës qui allaient survenir à plusieurs reprises, S.M., en tant qu’unique interlocuteur légitime de son peuple, a toujours intervenu pour assurer la fonction de corps intermédiaire entre la population et les institutions alors qu’en principe, cette mission revient, de facto, aux partis politiques. Une responsabilité que ces derniers n’ont jamais réussi à prendre en charge, de manière adéquate, loin du populisme.

D’ailleurs, S.M. le Roi a, dans nombreux de ses discours adressés à la nation, émis des orientations stratégiques aux partis politiques, allant même à prescrire des remèdes. Et tout récemment (25 mai 2021), le rapport sur le nouveau modèle de développement, présenté à au Souverain, après l’avoir commandé, aurait pour principale finalité
l’essor du capital humain en vue d’édifier un avenir prospère pour le Royaume. Un rapport édifiant qui a reposé, notamment, sur 180 séances de travail, 1200 personnes rencontrées, 35 séances d’écoute citoyenne, ainsi que 6200 contributions recueillies.

Grâce à l’ingéniosité de S.M., le Royaume du Maroc a réussi à :
– Préserver et moderniser son patrimoine culturel,
– devenir un acteur incontournable dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale, sous toutes ses formes,
– instaurer une paix internationale interreligieuse,
– s’inscrire dans le cadre des stratégies et politiques internationales, en matière de développement durable,
– faire partie des pays touristiques les plus convoités, à l’échelle internationale,
– s’imposer, mondialement, sur le plan diplomatique,
– évoluer, pour servir comme modèle de développement pour les pays en quête d’évolution,
– gérer, de manière exceptionnelle, la crise pandémique du Covid-19,
– devenir le bon père de la famille africaine.

Lire aussi | L’ex PDG de la SNCF Guillaume Pepy rebondit au Maroc

Un Royaume irréprochable dans la conservation de son patrimoine artistique et culturel

Du nord au sud et de l’est à l’ouest, le Maroc s’est doté d’importantes infrastructures routière, ferroviaire, maritime et aérienne, suite à l’initiation de projets structurants et de stratégies de développement, sagement réfléchis, depuis plus de 20 ans. D’ailleurs, S.M. le Roi Mohammed VI a toujours été fortement conscient du précieux patrimoine marocain, auquel le Souverain porte un intérêt particulier, en vue de le protéger, de le conserver et de le rénover. Une question que S.M. intégrait dans sa vision stratégique, depuis même son accès au Trône Alaouite Chérifien, l’évoquant dans son discours prononcé devant les participants à la 23ème session du comité du patrimoine mondial tenue le 29 novembre 1999 à Marrakech, dont ci-après un extrait : «… l’authenticité des nations et leur enracinement procèdent de la présence qu’avaient leurs ancêtres sur la scène de l’histoire, de ce qu’ils ont laissé comme monuments et comme création intellectuelles, comme inventions scientifiques et réalisations civilisationnelles. Et s’il ne fait pas de doute pour nous que tous les hommes, quel que soit le lieu où ils se trouvent, ont tous contribué d’une manière ou d’une autre à asseoir l’édifice de cette civilisation humaine et à consolider ses bases, il ne fait pas non plus de doute à notre sens, que la maturité des peuples se mesurent à l’aune du sentiment et de la sensibilité qu’ils ont envers leur patrimoine et de l’intérêt qu’ils portent à le protéger, à le conserver et à le rénover… ».

Le Souverain ne manque pas non plus de veiller, personnellement, à la protection du patrimoine culturel juif, à travers, notamment :
– le projet de création du musée de la culture juive de Fès qui verra le jour début 2022, une initiative unique dans le monde arabo-musulman,
– l’inauguration de la réfection du musée historique de Fès.
– la préservation des musées d’Essaouira et de Marrakech.

Un Royaume, garant d’une sécurité mondiale

Le Maroc est considéré comme l’un des principaux maillons fort de la coopération internationale en matière de lutte contre le terrorisme et un partenaire privilégié de premier plan pour tous les continents. Grâce à ses services de renseignement très performants, le Royaume « informe, alerte et partage les informations dont il dispose », ce qui permet, à date, de prévenir plusieurs actes terroristes dans le monde, particulièrement en Europe, en Amérique et en Afrique. Celui-ci ne manque pas non plus de participer, à travers un échange de renseignement et d’expertise, mais aussi à la formation d’imams, venus de différents pays, notamment, africains, à l’effet de combattre les doctrines nihilistes dévastatrices.

N’oublions pas non plus la forte implication du Royaume en matière de lutte contre l’immigration clandestine, à partir de ses territoires, vers l’étranger, particulièrement, vers le vieux continent. En atteste de cela les chiffres récoltés sur une période de trois ans, récemment avancés (23 mai 2021) par le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, et qui en disent beaucoup, à savoir : l’avortement de 14.000 tentatives d’immigration clandestine et de 80 tentatives d’assaut vers Sebta, le démantèlementt de plus de 8000 cellules de trafic d’êtres humains, la mobilisation de 20.000 des forces marocaines de sécurité dédiées spécifiquement à l’immigration illégale, ainsi qu’une mise à la disposition de Madrid de 9000 informations sur l’immigration clandestine.

S.M. le Roi, grâce à sa vision prospective, n’a pas manqué non plus d’émettre ses hautes instructions aux départements de l’Intérieur et des Affaires étrangères pour que la question des mineurs marocains non accompagnés, se trouvant en situation irrégulière dans certains pays européens, soit résolue de manière définitive. Ce qui démontre, une fois de plus, toute la volonté du Royaume de lutter, de manière acharnée, contre l’immigration illégale, particulièrement celle des enfants réfugiés et migrants, conformément aux principes de Droit international. Il en est aussi des opérations de maintien de la paix, où le Royaume se place parmi le Top 15 des pays contributeurs en troupe, déployant ainsi plus de 70.000 Casques bleus marocains à travers le monde.

Lire aussi | Une panne internet mondiale bloque l’accès aux sites de nombreux grands groupes

Un Royaume instaurateur d’une paix interreligieuse

S.M. Le Roi Mohammed VI ne cesse de promouvoir la paix entre les religions, notamment, des fils d’Abraham, veillant ainsi à consacrer la coexistence et le rapprochement des religions, des civilisations et des cultures. Depuis l’aube des temps, les juifs entretiennent une relation unique et inaliénable avec la monarchie, leur terre natale et ses racines. Un fort attachement qui transcende les générations. « Rien ne nous paraît justifier, au Royaume du Maroc, que des minorités religieuses soient privées de l’un quelconque de leurs Droits. Nous n’acceptons pas que ce déni de Droit soit commis au nom de l’islam, ou à l’encontre d’un musulman, quel qu’il soit. Cette conviction qui nous anime procède d’une juste appréhension des préceptes de la religion. Nous la puisons aussi dans notre patrimoine civilisationnel et dans l’histoire séculaire du Royaume où les musulmans ont vécu en bonne intelligence avec les adeptes des autres religions », prononçait le Souverain lors de son discours adressé au congrès sur les Droits des minorités religieuses en terre d’Islam, tenu à Marrakech le 25 janvier 2016.

D’une part, S.M., en tant que Président du Comité « Al-Qods», préserve, de manière ingénieuse, le caractère arabo-musulman de la Ville sainte d’Al-Qods. D’autre part, la reprise des relations avec l’État hébreu permettrait au Royaume de se positionner en tant qu’acteur privilégié et principal conciliateur dans le dénouement de la crise israélo-palestinienne. Ce qui confirme, une fois de plus, que le Royaume est une source de lumière comme le brossent avec esquille les élocutions poétiques de l’Hymne national.

Un Royaume pionnier mondial de développement durable

S.M. Le Roi Mohammed VI, en indéniable écolo et visionnaire, n’a pas ménagé tant d’effort pour que la COP22 soit tenue à Marrakech, ce qui a permis de positionner le Royaume parmi les États les plus impliqués en matière de développement durable. Il n’en reste pas moins que le Maroc a facilement pu asseoir son leadership continental et de démontrer sa forte capacité de mobilisation. Il est également à rappeler que le Souverain avait inscrit, bien plus tôt, au niveau de la stratégie de développement, le concept de développement durable, ce qui a permis d’instaurer une parfaite harmonie entre les dimensions environnementales, économiques et sociales.

Une telle approche a largement contribué à bâtir un environnement vital propice aux citoyens, un climat favorable au développement d’activités économiques, ainsi que le renforcement de la gestion durable des ressources naturelles, sans pour autant oublier « Noor Ouarzazate », l’un des plus grands parcs solaires au monde qui contribue, de manière significative, à la transition énergétique de l’Afrique.

Lire aussi | Crise Maroc-Espagne : le parti espagnol Anticapitalistas souffle sur les braises

Un Royaume, leader mondial touristique

Avec d’importantes façades maritimes étalées sur 3500 Km environ, tant sur la Méditerranée que sur l’Océan atlantique, le Maroc dispose également de portes du désert allant à l’Atlas, en passant par le littoral ensoleillé. Ces façades sont majestueusement réparties à plusieurs niveaux : Méditerranée (Cabo Negro,Oued Laou, Quilates, Ras El Ma, Trois fourches) , Détroit (Cap Spartel, Malabata, Charf, Pointe de Cires), Atlantique nord (Sidi Mesbah, Roches noires, Okacha, Rabat, Mehdia, Sidi Allal Al Bahraoui) ou encore Atlantique sud (Cap Barbas, Boujdour, Sidi Ifni). Ce qui lui permet de se distinguer à l’échelle internationale et de pouvoir s’imposer au niveau de l’industrie touristique mondiale.

Un Royaume modèle mondial de gestion du Covid-19

Grâce à la vision stratégique et prospective de S.M. le Roi Mohammed VI, le Maroc a réussi, avec brillance, à gérer la crise pandémique de Covid-19. Avec une campagne d’information très agile, la fabrication et l’exportation de masques, la confection d’un kit de diagnostic marocain à 100%, un dépistage précoce, un soutien économique et social très exemplaire, un encadrement pointu en matière de digitalisation, un accompagnement accru de l’enseignement, un important investissement dans l’équipement et les soins de santé, une campagne de vaccination très réussie, le Royaume en sort gagnant et s’inscrit dans la liste des grands pays modèles en matière de gestion de crises.

Le Souverain, toujours solidaire envers son environnement continental, s’est même fortement préoccupé du sort des pays africains amis en pareille crise, émettant ses Hautes instructions pour dépêcher des aides humanitaires d’urgence à une vingtaine d’États et accompagner leurs efforts de lutte contre la pandémie.

Lire aussi | Maroc. Esquisses électorales

Un Royaume conseiller et protecteur de l’Afrique

Pendant tout son règne, S.M. Le Roi Mohammed VI a parcouru des milliers de kilomètres pour sillonner différentes terres africaines, à l’effet de marquer la présence marocaine dans ce continent mais surtout de mettre au profit de différents pays amis son ingénieuse stratégie de développement. Plusieurs projets socio-économiques, investis par le Royaume chérifien, sont en cours dans différents pays africains. Des États qui accueillent le Souverain, non seulement en tant que Roi du Maroc, mais aussi, en tant que Commandeur des croyants à l’échelle universelle.

Mehdi Hijaouy est expert en sécurité, défense, stratégie et intelligence économique
Fondateur du Washington Strategic Intelligence Center
Executive MBA en « Stratégie d’Influence, Négociation et Guerre Psychologique » – EGE1, Paris
Executive MBA en « Management des Risques, Sûreté Internationale et Cybersécurité » – EGE, Paris

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Marhaba 2021 : l’exclusion fait perdre 500 millions d'euros aux entreprises espagnoles

Article suivant

France : voici les conditions d’entrée et de sortie depuis le Maroc