Industrie

Biscuiterie : les députés bloquent la baisse du droit de douane

L’Economiste s’intéresse dans son édition du 15 novembre 2019 aux mesures relatives aux intrants dans le PLF 2020.


Les députés ont rejeté la baisse du droit de douane minimum à 2,5% pour certains intrants de la filière biscuiterie, confiserie et chocolaterie, nous apprend L’Economiste. La mesure devait permettre aux industriels d’importer ces intrants dans la limite d’un contingent fixé à 800 tonnes pour les amandes, 500 tonnes pour les noisettes et autant pour les arachides, ainsi que 300 tonnes pour certaines graisses végétales de spécialité, ajoute le quotidien.

L’idée était de s’aligner sur ce qui est appliqué pour le sucre raffiné, le lait en poudre et le blé tendre biscuitier. Ces produits sont soumis à un droit d’importation minimum de 2,5% dans la limite d’un contingent. Une baisse du tarif de 40% à 2,5% aurait nui aux petites entreprises et aux coopératives pour lesquelles ces produits représentent une part importante du chiffre d’affaires, souligne le journal.

L’Economiste explique que le refus des députés est motivé par la défense des petits agriculteurs. Il ajoute que pour le gouvernement, la mesure devait participer au développement et à l’accélération industrielle.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Nouvelle organisation pour le Bureau marocain du droit d'auteur

Article suivant

Karima Benyaich : le Maroc est le plus attractif pour l’investissement en Afrique