Finance

Blanchiment d’argent : quatre nouveaux pays dont le Maroc placés sous surveillance

Le Maroc, le Sénégal, le Burkina Faso et les îles Caïmans ont été placés jeudi sous surveillance par le Groupe d’action financière (Gafi) pour leurs manquements dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

A l’issue d’une réunion plénière, cet organisme intergouvernemental a ajouté ces quatre pays à la « liste grise » des pays présentant des « déficiences stratégiques », mais qui ont pris l’engagement de mettre en œuvre des plans d’action dans des délais impartis pour améliorer leur situation. Cela signifie que les quatre pays et territoires travailleront avec le Gafi sur des plans visant à remédier aux lacunes identifiées dans leurs régimes dans les délais convenus et sous réserve de contrôles supplémentaires, a expliqué l’organisme.


Lire aussi | Rapprochement maroco-israélien en terre irlandaise

Depuis sa précédente réunion plénière en octobre, le Gafi a identifié des progrès réalisés par la plupart des autres pays sur cette liste grise, à savoir l’Albanie, la Birmanie, le Botswana, le Cambodge, le Ghana, l’Ile Maurice, le Nicaragua, le Pakistan, le Panama, l’Ouganda et le Zimbabwe.

Lire aussi | Covid-19 : le RNPG d’Attijariwafa bank chute presque de moitié en 2020

Deux autres pays sur la liste grise, la Barbade et la Jamaïque, n’ont pas fourni de nouvelles informations au Gafi depuis octobre en raison de la pandémie du Covid-19. Enfin, l’Iran et la Corée du Nord restent pour leur part sur la liste noire des pays non coopératifs en matière de blanchiment d’argent, de financement du terrorisme et de prolifération d’armes de destruction massive.

Avec AFP

 
Article précédent

Nouveauté Peugeot Landtrek : un pick-up qui sort ses griffes

Article suivant

Votre e-magazine "ATTAHADI" du vendredi 26 février 2021