High-Tech

Blockchain : 10 applications business

La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle. C’est la technologie derrière le fameux Bitcoin, et autres cryptomonnaies. Bien que ces derniers n’aient, peut-être finalement été que des effets de mode, vu la chute de leurs cours sur cette dernière année, la Blockchain, elle, est appelée non seulement à durer, mais à révolutionner plusieurs industries dans les prochaines années. Voici un panorama de ses applications possibles par secteur.


Banque

Les « smart contracts » sont une des applications qui seront les plus utilisées par les banques dans les prochaines années. Ces contrats qui s’exécutent automatiquement dès la complétude des conditions, vont permettre aux banques de fluidifier des processus qui étaient connus pour leur rigidité.

Avec les smart contracts, la digitalisation des banques passerait un cap, avec la proposition de tous les services bancaires totalement en ligne. Une demande de crédit pourrait se faire en ligne par exemple, avec déblocage de fonds automatique, dès que toutes les conditions sont réunies.

Santé

Le secteur de la Santé sera le plus touché selon les spécialistes. De l’admission du patient à sa sortie de l’hôpital, un torrent de données est produit : Radios, analyses, avis médicaux… Ces données sont mal exploitées. Premièrement, car elles restent dans les ordinateurs dudit hôpital, deuxièmement, car elles sont stockées sans pouvoir être interprétées rapidement. Avec la Blockchain, les données de chaque patient, peuvent être stockées dans un livret de santé digital auquel seul lui, et les éventuels médecins traitants, auront accès. Ce qui permettra un suivi plus efficace de chaque patient.

Public

La blockchain est une technologie de sécurisation. La délivrance de passeport, de documents officiels, prendra beaucoup moins de temps. La vérification de ces documents pourra se faire de manière instantanée.

La technologie peut aussi être un facteur de lutte contre la corruption, une fois que votre Carte d’identité est liée à un code, vous auriez tous vos documents stockés et disponibles à tout moment.

Enfin, la lutte contre les crimes transfrontaliers (terrorisme, trafic de drogue…), peut profiter de la technologie. Il deviendra quasi impossible de fausser un passeport électronique lié à une technologie réputée inviolable. Les compagnies aériennes pourraient être appelées à vérifier l’autorisation de sortie du territoire de leurs clients avant de vendre les billets.

Immobilier

La Blockchain permet une gestion immobilière numérique des biens. Concrètement, vous voulez vendre un bien, en émettant l’offre de vente ou de location sur une plateforme basée sur la Blockchain, vous pourrez avoir accès aux offres d’acheteurs/ locataires, en temps réel. Dès que les conditions de locations seront instruites, la signature d’un « smart contract » permettra le paiement du loyer automatiquement à une date donnée. Pour la vente, dès que tous les documents seront chargés et vérifiés, il ne restera plus qu’a le faire authentifier chez le notaire, ou encore mieux intégrer le notaire au processus à travers une signature électronique, ce qui implique un gain de temps considérable.

Education

La Blockchain pourrait permettre au secteur éducatif d’authentifier tous les diplômes à travers une clé relative à chaque lauréat, et ainsi mettre fin à toute fraude qui concerne les diplômes.

Elle peut également servir à mettre fin à toute documentation papier. Les examens se passeraient en ligne, de manière sécurisée. La technologie permet à tout un chacun d’être propriétaire de ses données, ainsi, la fraude dans le milieu de la recherche scientifique peut devenir un lointain souvenir.

Plusieurs pays développés, ou en développement, se penchent sérieusement sur les apports de cette technologie. Le Maroc, s’y intéresse sérieusement, comme le démontre la création par l’ANRT d’une plateforme nationale en la matière. Quelques autres projets commencent à voir le jour, comme la ferme éolienne à Dakhla, qui permettrait de faire du data mining, ou des projets lancés par les banques marocaines. Ces projets restent malgré tout embryonnaires. Il serait judicieux et important de passer à la vitesse supérieure, car cet avancement technologique peut être synonyme d’entrée de plain-pied dans la nouvelle révolution numérique.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Assises fiscales : place au grand toilettage

Article suivant

Langue d’enseignement : L’emploi a tranché