Business

Blue Telecommerce va-t-elle concurrencer Maroc Telecommerce ?

Blue TFS arrivera-t-elle à respecter ses propres délais ? Vu les déclarations contradictoires du CMI (Centre monétique interbancaire) et du nouvel opérateur, le doute est permis. Explications…


Blue TFS ! C’est le nom de la plateforme de e-commerce qui veut partager le marché de paiement électronique avec Maroc Télécommerce. Les porteurs du projet ambitionnent
de démocratiser l’accès aux services de paiement électronique. C’est en tout cas, ce que nous a expliqué El Amine Serhani Al Idrissi, président de la Fédération nationale du e-commerce au Maroc  et co-fondateur de Blue TFS (Technologie financial services). Selon lui «la stratégie commerciale de l’entreprise témoigne de cette volonté». Concrètement, Blue TFS cible une base de données d’un millier de sites e-marchands, ainsi «que d’autres opérateurs qui n’étaient pas en mesure de régler le montant de la caution qu’exigeait l’opérateur historique», ajoute-t-il. Pour cette raison, la plateforme de traitement qui a nécessité un investissement de 5 millions de DH, se distinguera à travers plusieurs points. D’abord, le taux de la commission, par transaction ne dépassera pas 0,25%.

 Cette commission sera appliquée à toutes catégories d’utilisateurs. Afin d’encourager davantage les sites marchand, Blue TFS renoncera à l’application des frais d’abonnement mensuel variant entre 250et 500 DH. Pour assurer un niveau de sécurité élevé, Blue TFS a misé, à en croire les porteurs du projet, sur le système Verisign, doublé  de l’application antivirus Symantec. Selon eux, la plateforme a également opté pour un système d’identifi cation de la fraude de dernière génération, qui s’appuie sur la  traçabilité des transactions. Coté certification, Blue TFS est authentifi é PCI DSS , (une norme de sécurité internationale de paiement électronique qui concerne les entreprises traitant plus de 2.000 cartes par an). «Maintenant que le projet est fi celé, nous allons démarrer l’activité vers la fin du mois d’avril 2013», avance le fondateur de la plateforme. Si l’on en croit ces propos,  l’opérateur a déjà obtenu l’accord auprès des deux centres de traitement agréés par Bank Al-Maghrib pour être opérationnel au Maroc.

Contacté à ce sujet,  Ismail Bellali, Directeur général adjoint du CMI, rejette en bloc les déclarations de Serhani. «Nous avons bien reçu la demande de Blue TFS, cependant nous n’avons pas encore étudié le  dossier pour donner notre avis», confirme Bellali. Et d’ajouter, «pour accorder l’autorisation à un opérateur, il faut d’abord auditer la plateforme, pour juger si elle répond aux conditions  exigées par le cahier des charges». Pour rappel, la procédure d’audit requiert entre deux et trois mois, alors que le lancement est prévu fin avril. Y arrivera- t-il ? Encore faut-il  que les géants mondiaux de la monétique, notamment Visa et MasterCard certifient la future plateforme comme acquéreur de l’e-commerce selon les normes et standards internationaux. Ce qui serait un gage de confiance. ■  

 
Article précédent

Yemen: l'autre cas spécifique

Article suivant

Le changement par la consommation