Banques

BMCI obtient 20 millions d’euros de la BERD pour financer l’économie verte

La BMCI, filiale marocaine du groupe BNP Paribas, vient de signer un nouveau partenariat avec la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). Ce partenariat, qui s’inscrit dans le cadre du programme GEFF Morocco, permettra à la BMCI de financer les projets ayant trait à l’économie verte.


Dans les détails, GEFF Morocco est un programme de la BERD dédié à l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables, la gestion des ressources telles que l’eau et la gestion des déchets. Ainsi, BMCI va bénéficier d’une ligne de financement de 20 millions d’euros pour soutenir les investissements privés portés par les entreprises ayant un impact favorable sur l’environnement.

« Le programme GEFF Morocco permettra à la BMCI d’encourager des entreprises privées des secteurs d’activité liés aux énergies renouvelables et aux questions environnementales, à investir dans l’économie verte, ainsi que de les assister et les accompagner tout au long du processus. Les entreprises bénéficiaires de ce programme pourront profiter, d’un financement, d’une subvention et d’une expertise technique pour assurer la viabilité de leur projet », détaille Idriss Bensmail, Directeur général en charge du corporate banking et membre du directoire de BMCI, ajoutant que la banque, leader sur ce segment, est la première au Maroc à avoir signé ce partenariat avec la BERD.

Force est de souligner que cette initiative rentre dans le cadre de la politique RSE du groupe bancaire. Selon le top management, la banque se positionne comme étant un acteur important dans le secteur bancaire pour la protection de l’environnement en proposant des «packs verts» avec des conditions avantageuses pour le financement de matériels ou de travaux à caractère écologique. « La BMCI est également la première banque à émettre un certificat de dépôt à taux révisable dont le rendement est associé à la performance de l’Indice Ethical Europe Climate Care. Cet indice sélectionne les grandes capitalisations européennes sur la base de plusieurs critères et notations attribuées par Vigeo Eiris, notamment leur empreinte carbone et la solidité de leur stratégie de transition énergétique », renchérit Idriss Bensmail.

 
Article précédent

Bouchra Outaghani, nouvelle présidente de la FCS : « Notre secteur est stratégique »

Article suivant

Il fait l’actu : Abdeslam Ahizoune, président du directoire de Maroc Telecom