Assurances

Bonnes performances semestrielles pour Atlanta


Alors que le marché des assurances a réalisé, pour ses résultats au 1er semestre 2015, une croissance de 4,2% dont 10,8% pour l’assurance vie et 1,5% pour la branche non vie, les annonces de la compagnie Atlanta dressent un tableau plus positif, pour cette période, avec des indicateurs solides affichés sur plusieurs fronts. par Abdelfettah Alami

«Ce fut un excellent premier semestre pour Atlanta avec des chiffres en hausse, que ce soit pour les primes ou pour les résultats», a commenté Mohamed Hassan Bensalah, PDG de la compagnie d’assurances Atlanta, en présentant les résultats semestriels, à l’occasion d’une conférence de presse tenue au siège de la société. En termes d’activités, la croissance a été au rendez-vous. Le premier semestre 2015 a été marqué par un développement commercial assez fort. Toutes branches confondues, le chiffre d’affaires d’Atlanta progresse de 8,3% par rapport à la même période de 2014 pour atteindre 1.010 millions de DH.
Selon le management de la compagnie, «ces performances sont le fruit du développement de l’ensemble des produits commercialisés à travers le réseau traditionnel et le réseau bancaire. L’amélioration de la qualité de service continu et la politique de proximité ont conforté la compagnie dans ses réalisations».
Dans le détail, c’est en assurance vie que la croissance a été la plus soutenue avec + 13,6% à 120 millions de DH. Dans cette branche, le DG d’Atlanta, Jalal Benchekroun, a mis en avant l’impact positif et la valeur ajoutée générés par la synergie créée entre la compagnie et CIH Bank depuis son entrée dans le capital de la celle-ci.

Une situation financière solide

L’activité bancassurance qui en a découlé explique largement l’amélioration du chiffre d’affaires, à ce niveau, et les perspectives favorables qui s’ouvrent, dans l’avenir, pour Atlanta et ce, grâce à cette stratégie. Du côté de l’assurance non vie, le périmètre d’Atlanta a également évolué positivement au courant de ce semestre. La compagnie termine, en effet, cette période avec une collecte de 891 millions de DH en hausse de 7,6% par rapport à 2014.
Malgré un environnement peu favorable, Atlanta est parvenue à maintenir une croissance rentable. La plupart des indicateurs techniques et financiers de la compagnie sont en hausse et conformes à sa stratégie visant à augmenter la profitabilité en parallèle avec le développement des volumes.
Ainsi, la marge des affaires s’est nettement améliorée avec de bonnes performances réalisées en assurance vie et non vie, dont les résultats nets ont crû respectivement de 25% et 50,6% à 25 et 119 millions de DH, soit un taux global de progression de 37,1%. A ce niveau, la compagnie a jugé sa situation confortable grâce à une politique de sélectivité des affaires et une gestion technique rigoureuse de son portefeuille.
Dans le même temps, les résultats financiers affichent le même dynamisme et ce, en dépit d’une relative stabilité des bons du Trésor au 1er semestre par rapport à une forte baisse au 1er semestre 2014 et une quasi stabilité du marché des actions (-0,43%) au 1er semestre 2015 par rapport à une hausse de 1,23% au 1er semestre 2014. Ainsi, le résultat financier net est passé de 111 millions de DH à 185 millions de DH, en hausse de plus de 66%.
Enfin, le ratio de solvabilité est de 340% au 31 décembre 2014, principalement soutenu par la contribution du rendement opérationnel et l’évolution favorable des plus values latentes qui se situent à 600 millions de DH.

L’impact Samir : faut-il s’en inquiéter ?

Ce questionnement était palpable chez tous les journalistes présents à cette conférence de presse, compte tenu du poids du portefeuille assurances de la Samir auprès de la compagnie Sanad, faisant partie du groupe Holmarcom, et des placements de celle-ci dans le titre de ce grand raffineur aujourd’hui en état de déliquescence. A ce sujet, le Président Bensalah a été très rassurant. Le budget, en termes de primes d’assurances, placées auprès de la compagnie est de 70 millions de DH et ne représente que 4,5% du chiffre d’affaires de la compagnie, en baisse de 20% par rapport à l’année dernière. D’autant plus que l’essentiel de ce portefeuille, compte tenu de la nature des risques, est placé en réassurance ce qui impacterait peu les résultats de l’assureur. Par ailleurs, Atlanta et Sanad ont une participation dans le capital de la Samir d’un montant de 350 millions de DH, sur un total d’actifs de plus de 10 milliards de DH, dont 300 millions de DH sont déjà provisionnés dans les comptes des deux compagnies.

 
Article précédent

BMCE Bank veut séduire les petits patrons

Article suivant

Quelle place pour les banques d’affaires marocaines en Afrique ?