Entreprises & Marchés

Bosch se donne 3 ans pour doubler son chiffre d’affaires

La marque allemande veut développer davantage sa part de marché.Elle mise notamment sur une stratégie marketing agressive et un service après-vente irréprochable.


145

 millions de DH de chiffre d’affaires à fin 2013, dans un marché en perte de vitesse, ce n’est pas rien. Au contraire, c’est un exploit comme le souligne Tomas Alonso, le directeur général de BSH Maroc. Entrée sur le marché marocain en 2008, à travers la société BSH Electroménager Maroc, une société détenue à part égale par les groupes internationaux BSH Bosch et Siemens Hausgeräte, la marque allemande, positionnée sur le segment premium, compte bien se faire un nom dans son secteur d’activité. Et elle s’y emploie bien. De 75 millions de chiffre d’affaires en 2010, Bosch a atteint 145 millions en 2013, et revendique une part de marché de 6%. « Aujourd’hui, le message est clair. Nous devons grandir sur le marché marocain », lâche Tomas Alonso, directeur général de BSH Electromenager Maroc, laissant jaillir sa fierté. « Nous avons doublé notre chiffre d’affaires en l’espace de trois ans », ajoute-t-il. Cette performance n’est pas le fruit d’un hasard, surtout que le marché des électroménagers est au bord de l’essoufflement depuis quelques années. Pour percer, la marque allemande a en effet misé sur une stratégie marketing agressive et un service-après-vente(SAV) impeccable. Résultat: 65.000 unités vendues avec un chiffre d’affaires de 126 millions de DH en 2012, soit une croissance soutenue de plus de 26% par rapport à l’année précédente.

«Notre début sur le marché marocain était difficile. Mais depuis mon arrivée à la tête de BSH au Maroc, nous avons travaillé pour améliorer le niveau du service après vente, le niveau de la logistique aussi, tout cela pour donner plus de choix au client. Et finalement, les résultats sont au rendez-vous. Les produits Bosch sont plus connus aujourd’hui qu’en 2008 ou en 2010. Nos clients connaissent bien la marque », explique le dg de BSH Electromenager Maroc. Selon Tomas Alonso, BSH a investi beaucoup de millions pour arriver à ce stade. «Tous ces investissements nous ont permis de gagner la confiance de nos clients. Dans le marché marocain, si tu n’es pas capable de rendre un bon service au client, tu es mort parce que le consommateur marocain est très exigeant» laisse-t-il entendre. Aujourd’hui, Bosch compte au total 220 revendeurs à travers le Royaume et plus de 42 espaces dédiés. Soulignons que l’axe Casablanca-Mohammédia représente entre 60 et 70% des commandes. Ce sont des techniciens de Bosch, qui assurent eux-mêmes le SAV sur cet axe. L’Allemand dispose de centres techniques agréés dans les autres villes comme Rabat, Marrakech, Agadir, Tanger, Meknès, Fès, Kénitra, Oujda, Nador, El Jadida qui s’en chargent. Bosch a également renforcé son catalogue avec plus de 200 références, donnant ainsi une large palette de choix à ses clients. Avec sa stratégie couronnée de succès, nul doute que Bosch Electroménager Maroc vise loin. «Nous voulons doubler notre chiffre dans les trois prochaines années», avance d’emblée Tomas Alonso. Pour ce faire, Bosch Electroménager compte gagner encore plus la confiance de ses clients en élargissant la garantie qui passe d’un an à deux ans sur tous ses produits achetés à partir du 1er juin 2014. Et ce n’est pas tout, la marque allemande vient d’étoffer sa gamme avec des nouveautés. Ainsi, les différentes nouveautés en termes de produits grands électroménagers ont été exposées le 28 avril à Casablanca. 

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

L’intérêt mitigé des investisseurs

Article suivant

Maroc Telecom : le redressement se profile