BourseCiment

Bourse de Casablanca: Un géant des matériaux de construction émerge

Plus que quelques mois avant que la première capitalisation boursière industrielle de la place de casablancaise et le deuxième groupe cimentier coté en Afrique ne voit le jour, fruit d’un projet de fusion-absorption de deux leaders mondiaux du ciment. Après la fusion en juillet 2015 du groupe français Lafarge avec son allié suisse Holcim, ce sont leurs filiales marocaines qui vont franchir le pas, faisant émerger un géant du secteur des matériaux de construction au Maroc, « LafargeHolcim Maroc » au chiffre d’affaires agrégé de plus 8 milliards de dirhams (MMDH) qui restera coté en bourse.


Les Conseil d’Administration des filiales ont arrêté, le 25 avril dernier, les termes du projet de fusion par voie d’absorption de Holcim Maroc par Lafarge Ciments et approuvé une parité d’échange de 1,20 action Lafarge Ciments pour une action Holcim Maroc, en s’appuyant sur les travaux de valorisation effectués par les deux banques d’affaires mandatées par les sociétés.

Ce rapprochement s’inscrit dans le cadre de l’accord du 17 mars 2016, conclu entre le groupe LafargeHolcim et la Société Nationale d’Investissement (SNI) dans le but de fusionner deux acteurs historiques du marché des matériaux de construction au Royaume, Lafarge Ciments et Holcim Maroc.  L’opération sera accompagnée d’un rééquilibrage à double objectif. D’une part, maintenir la majorité de Lafarge Maroc dans LafargeHolcim Maroc, et d’autre part, conserver le contrôle paritaire de Lafarge Maroc par la SNI et LafargeHolcim. Un projet qui devrait se concrétiser au cours du troisième trimestre 2016.  Cette annonce a été favorablement accueillie à la Bourse de Casablanca, où les actions des deux cimentiers se sont fortement appréciées, clôturant sur une hausse hebdomadaire de 11,30 pc pour Holcim et 12,30 pc pour Lafarge.  Pour LafargeHolcim, cette opération constitue une des dernières étapes importantes de la fusion opérationnelle de Lafarge et de Holcim, entamée lors de la création du Groupe LafargeHolcim.

Elle permet aussi au nouvel ensemble de s’appuyer sur l’engagement de SNI dans les pays d’Afrique subsaharienne francophone pour accélérer son développement dans cette zone.  Pour la SNI, l’opération constitue une première concrétisation de son évolution vers un fonds d’investissement panafricain à long terme, annoncée fin 2014, prenant des participations dans des projets structurants aussi bien au Maroc qu’en Afrique subsaharienne, ont expliqué les partenaires de longue date.  La contribution de la nouvelle entité à la modernisation du secteur de la construction et à l’essor économique du Maroc repose également sur un modèle de développement durable partagé par les deux sociétés, soucieux des impacts environnementaux et socialement responsables, ont-ils ajouté.  Outre le renforcement de leur partenariat historique au Maroc, la SNI et LafargeHolcim ont décidé la création d’une filiale commune de développement en Afrique subsaharienne francophone.  Ainsi, ce partenariat, initié il y’a plus de 40 ans, sera élargi, notamment, dans les pays suivants: Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gabon, Mali, Mauritanie, République Démocratique du Congo, République du Congo et Sénégal.

Le projet sera porté par LH Maroc Afrique, filiale à 100 % de leur joint-venture marocaine Lafarge Maroc, une nouvelle société qui sera le pilier de développement de LafargeHolcim et de SNI dans la région.  Elle se fixe pour objectifs d’investir dans la production de ciments et de clinker dans les pays d’Afrique subsaharienne francophone, où les besoins en logement et en infrastructure offrent des opportunités majeures de développement, et de mise en place développer de synergies avec LafargeHolcim Maroc, notamment à travers l’exportation de clinker ou de ciment à partir du Maroc.  Ce faisant, les partenaires font du Maroc un hub régional au service du développement des économies de pays d’Afrique subsaharienne francophone.  Par ailleurs, la très attendue opération de fusion sera soumise au visa de l’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux (AMMC). Ses modalités seront déterminées par les Conseils d’Administration et présentées au vote des Assemblées Générales Extraordinaires de Lafarge Ciments et de Holcim Maroc et aux autres conditions et dispositions usuelles.

Dès la réalisation de la fusion, LafargeHolcim et SNI proposeront au Conseil d’Administration de l’entité fusionnée, LafargeHolcim Maroc, la distribution d’un dividende exceptionnel prélevé sur la prime de fusion.  Avec une présence équilibrée dans 90 pays et une concentration sur le ciment, les granulats et le béton, LafargeHolcim (SIX Swiss Exchange, Euronext Paris : LHN) est le leader mondial du secteur des matériaux de construction. Le Groupe emploie 100.000 personnes dans le monde et a réalisé des ventes nettes combinées de 29,5 milliards francs suisses (CHF) en 2015.

 
Article précédent

Trophée Hassan II : têtes d'affiche de la 43e édition

Article suivant

Nouveau souffle pour le partenariat d'affaires maroco-nippon