Industrie

Buzzichelli Maroc en redressement judiciaire

Quelques semaines après les premières ventes judiciaires au détriment de leur société, les actionnaires de Buzzichelli Maroc se sont résolus à demander le redressement judiciaire, ce que le tribunal de commerce de Mohammedia a fini par prononcer récemment.


Cette procédure va permettre à l’ex-fleuron de l’industrie de chaudronnerie et fabrication métallique de se mettre momentanément à l’abri de ses créanciers, notamment plusieurs sous-traitants dont certains attendent leur paiement depuis plus de deux ans. Il faut dire qu’à l’issue d’une longue descente aux enfers entamée depuis 2014, Buzichelli Maroc qui brassait, il y a encore à peine trois ans, un chiffre d’affaires de plus de 600 millions de DH, est au bord de la faillite en ne pouvant plus faire face ni à ses charges fixes (notamment les salaires) ni au paiement de ses fournisseurs.

Pour l’instant, rien ne filtre sur le plan de relance que le syndic désigné par le tribunal de commerce est en train d’étudier mais il est d’ores et déjà acquis que s’il y a réinjection d’argent frais pour remettre la machine à flot, les deux fonds d’investissement présents dans le tour de table, à savoir Capital North Africa Venture Fund et Fonds Mezzanine que gèrent respectivement Capital Invest et CDG Capital Private Equity (filiale de CDG Capital) ne devront pas y participer vu qu’ils ont déjà achevé, chacun de son côté, leur période d’investissement.

Rappelons que depuis le projet de Taqa Maroc à Jorf Lasfar où l’entreprise fondée par Abdellah Zouhir en 1983 a laissé beaucoup de plumes avec le consortium Mitsui-Daewoo (qui lui avait confié une bonne partie en sous-traitance), la pente n’a jamais été remontée et ce, malgré tous les remèdes administrés par le management (plan social, réduction drastique des charges, recours à plusieurs cabinets de stratégie de renommée internationale, restructuration de la dette d’exploitation…). Aussi, le chiffre d’affaires n’a eu cesse de dégringoler en passant de 617,7 millions de DH en 2013 à 123,1 millions de DH une année plus tard et moins de cent millions de dirhams en 2015 et 2016.

 

 
Article précédent

Il fait l’actu : Abdellah Janati, DG de l’ONSSA

Article suivant

Plomb des batteries usagées : vers l’interdiction totale des exportations